Cyclisme

Deux belles et difficiles étapes attendent les coureurs du Dauphiné ce week-end. Celle de ce samedi, la 6e, aura un double intérêt, car elle est, à quelques hectomètres près, au départ, la copie conforme de la 11e du prochain Tour de France, entre Albertville et La Rosière. “Rien ne vaut une reconnaissance grandeur nature ”, dit Jelle Vanendert. Au Dauphiné, l’étape partira de Frontenex, le village voisin, mais le départ réel est bien tracé à Albertville.

C’est une étape courte (110 km à peine) mais très dense, avec quatre ascensions, peu, voire pas du tout, connues. D’abord, la montée de Bisanne (Hors catégorie – 1.723 m d’altitude – 12,4 km à 8,1 %), puis celle du col des Prés (HC – 1.748 m – 12,6 % à 7,6 %), que suivra directement la partie finale du Cormet de Roselend (2e cat. – 1.968 m – 5,7 km à 6,4 %). Une montée qui était encore fermée à la circulation il y a quelques jours et sur laquelle (photo) s’activaient hier les services départementaux pour colmater et rustiner les effets de l’hiver. Enfin, l’étape se jouera dans l’ascension vers La Rosière (1re cat. – 1.855 m – 17,6 km à 5,8 % avec des passages à plus de 9 %). Dimanche, la course se termine encore en altitude, avec une dernière étape entre Moûtiers et Saint-Gervais-Mont-Blanc, sur 136 km et cinq cols dont la montée finale au Bettex.