Cyclisme

Les favoris se nomment Cadel Evans, Carlos Sastre et Alejandro Valverde et Leipheimer. Mais c'est surtout une bonne préparation au TDF


BRUXELLES Le Critérium du Dauphiné propose à partir de dimanche, sur un parcours le plus souvent montagneux dans les Alpes, un avant-goût du Tour de France avec, au départ d'Avignon, l'Australien Cadel Evans et les Espagnols Carlos Sastre et Alejandro Valverde.

Evans, deuxième du Dauphiné l'an passé avant de terminer deuxième du Tour, part avec un point d'interrogation au-dessus de sa tête. L'Australien, en forme avancée en avril, a dû alléger dernièrement son programme d'entraînement à cause d'une blessure (tendinite).

Son suivant sur le podium du Tour, Levi Leipheimer, se présente en revanche avec la totalité du Giro dans les jambes. Absent de la prochaine Grande Boucle avec l'ensemble de son équipe Astana, l'Américain s'est fixé pour but de renouveler sa victoire de 2006 dans le Dauphiné, à la tête d'un groupe privé de l'Espagnol Alberto Contador (6e du Dauphiné 2007 avant de gagner le Tour).

Leipheimer, qui aura à ses côtés le prometteur espoir slovène Janez Brajkovic, a terminé le Giro en dedans, de l'avis de ses proches. Il a pour lui l'avantage d'avoir grimpé les cols italiens dans le rythme de la compétition, à l'inverse de ses adversaires qui, pour la plupart, sortent de stages en montagne.

Car le Dauphiné, qui a retenu cette année les 18 équipes de l'élite (ProTour) doit se jouer encore une fois dans les cols des Alpes, suivant une identité forgée en 59 éditions.

Après les vallonnements du début de semaine et le contre-la-montre de mercredi dans les reliefs proches de Saint-Etienne, les quatre dernières journées concernent les grimpeurs. Avec, pour étape-reine, l'ascension de la Croix-de-Fer et la montée finale de la Toussuire, à la veille de l'arrivée.

Sur ce terrain, les protagonistes du Tour sont attendus. En premier lieu, les Espagnols dont le contingent très relevé comprend Valverde et Sastre mais aussi Samuel Sanchez, Oscar Pereiro, José Angel Gomez Marchante et Carlos Barredo. Ou encore l'Ukrainien Yaroslav Popovych, premier lieutenant d'Evans. Voire l'Australien Michael Rogers, en phase de reprise après sa mononucléose.

Les jeunes néerlandais Robert Gesink, révélation de Paris-Nice en mars dernier, et Bauke Mollema sont eux aussi espérés à ces hauteurs qui attirent les espoirs français, candidats (Di Grégorio, Pauriol) ou non (Rolland, Coppel) au prochain Tour de France.

Pour le cyclisme français, qui se passe du vainqueur sortant Christophe Moreau dont l'équipe actuelle (Agritubel) n'a pas été invitée, le Dauphiné représente bien plus qu'une épreuve-test à l'approche du départ de la Grande Boucle à Brest (5 juillet).

David Moncoutié, l'un des hommes à suivre de la semaine côté bleu (avec Dessel, Fédrigo et Casar notamment), l'a dit au journal organisateur: "L'objectif, pour moi et l'équipe, c'est de gagner une étape. Car on n'est pas certain d'en remporter une sur le Tour."

© La Dernière Heure 2008