Cyclisme L’inusable champion italien roulera pour l’équipe de Luc Mayné et Geoffrey Coupé en 2018.

En relançant leur équipe continentale, un an après avoir stoppé Veranclassic, Luc Mayné et Geoffrey Coupé avaient annoncé une grosse soif de retour aux affaires. Et le moins qu’on puisse écrire est qu’ils ont reculé pour mieux sauter !

Après avoir annoncé la signature de Youcef Reguigui, champion d’Algérie en titre qui évoluait l’an dernier au sein du WorldTour chez Dimension Data, après l’arrivée de Robin Stenuit (Wanty Groupe Gobert) et de Gaëtan Bille (Veranda Willems-Crelan), c’est ni plus ni moins que l’Italien Davide Rebellin (Kuwait) qui appose, ce dimanche matin, sa signature dans la structure à la licence algérienne Natura4ever/Sovac.

"Il y a plusieurs semaines que Geoffrey Coupé a des contacts avec lui", indique un des managers, Luc Mayné. "Ce samedi, nous l’avons rencontré à Monaco, avec nos deux partenaires. Davide est séduit par notre projet et, surtout, notre beau programme dans une structure familiale. Il a conscience que nos partenaires veulent encore grandir et que nous avons de grosses ambitions pour le futur. VW sera d’ailleurs en grand sur notre maillot, preuve de nos perspectives !"

Avec une présence annoncée notamment à l’Africa Tour mais, surtout, dans les courses wallonnes, on verra donc Davide Rebellin à l’œuvre chez nous… "Nous disposerons d’un effectif très costaud, nous sommes bien parés, les autres noms de notre effectif seront dévoilés dans une semaine. Il est certain que nous aurons aussi des gars moins connus, mais travailleurs ! L’équipe sera composée de seize éléments, même s’il est fort probable que nous prenions quatre spécialistes qui savent aussi rouler sur route, vu le programme étoffé !"

Geoffrey Coupé n’est pas peu fier de son recrutement. "On attend de lui qu’il continue à faire ce qu’il a toujours fait ! Être sérieux, avec une hygiène de vie incroyable et, à 46 ans, qu’il transmette sa motivation et son savoir aux jeunes. Vendredi encore, il a roulé cinq heures dans le froid… Et puis, on attend forcément aussi qu’il gagne !"