Cyclisme

Le directeur sportif est autant impressionné par l'exploit physique de son poulain que par son calme

BRUXELLES Le flot de paroles de José De Cauwer ne s'arrêtait pas, hier, au moment d'évoquer la 7e place de Jurgen Van Den Broeck au Tour d'Italie. Le responsable de la pyramide des jeunes chez Silence-Lotto, où il est directeur sportif, a suivi le Giro, puisqu'il était proche de sa formation, tout en assurant les commentaires via son rôle de consultant au micro de Sporza .

"J'espérais un bon résultat de sa part, mais je ne m'attendais pas à ce qu'il fasse aussi bien" , se félicite l'ancien sélectionneur national des pros, mais aussi des Espoirs. "Lui non plus, d'ailleurs, puisqu'il parlait d'une place dans les 20-25 premiers. Mais je savais qu'il avait énormément travaillé avant ce Tour d'Italie. Son boulot a payé, puisqu'il a permis à Jurgen de réaliser une progression spectaculaire. Il a tout d'abord perdu du poids, six kilos, tout en gardant beaucoup de force musculaire."

Arrivé l'an passé chez Lotto, Jurgen Van Den Broeck était passé à côté de sa saison. Pour José De Cauwer, cette mauvaise expérience lui a permis de travailler dans de meilleures conditions en 2008, tout en pédalant avec plus d'intelligence.

"En 2007, il avait de grandes ambitions pour le Tour d'Italie, déjà , poursuit De Cauwer. Il voulait frapper un grand coup et s'était enflammé les premiers jours, se brûlant les cartouches en voulant suivre les meilleurs, avant de sombrer. Il s'était pris un grand coup au moral. Cette année, il a abordé le Giro avec beaucoup plus de calme. Durant ces trois semaines, mis à part dans la première étape décisive où il a voulu suivre Ricco et Contador, il a très bien géré. Quand il était lâché par les meilleurs, il n'a pas paniqué, montant à son train."

"Ce n'est pasun nouveau VDB"

Son calme, son sérieux et ses capacités physiques pourraient donc continuer à faire des prouesses à l'avenir. Car De Cauwer en est persuadé : Jurgen Van Den Broeck ne va pas se brûler les ailes comme son quasi homonyme.

"Ce ne sera clairement pas un nouveau VDB. Il a du bagage derrière lui, plusieurs saisons chez les pros, un titre de champion du monde du contre-la-montre chez les juniors. Et il est très sérieux. Je connais beaucoup de coureurs qui travaillent beaucoup. Mais peu qui bossent de manière professionnelle comme Jurgen. Un simple exemple : l'équipe a des appartements à disposition des coureurs en Italie. Jurgen se plaignait de le voir parfois déjà occupé. Il a alors pris lui-même le soin de louer un autre appartement, pour pouvoir travailler le mieux possible de son côté. J'ai donc confiance pour la suite : Jurgen va confirmer. "



© La Dernière Heure 2008