Cyclisme Alain Bondue, qui eut VDB chez Cofidis en 1999 et en 2000, se dit choqué

MARCQ-EN-BAROEIL Voici près de trois ans, Alain Bondue avait vécu aux toutes premières loges les péripéties rencontrées par Frank Vandenbroucke, qui avait alors avoué son admiration pour Bernard Sainz. A l'époque, le team manager de l'équipe Cofidis avait mis sur la touche VDB pendant plus de deux mois avant de le réintégrer, faute de preuves véritablement accablantes. `J'avais deux coureurs impliqués dans cette tourmente puisque Philippe Gaumont était autant visé que Frank. Leur confiance aveugle vis-à- vis de Sainz m'avait profondément choqué. Ils m'avaient laissé incrédule.´
Choqué et incrédule, Alain Bondue l'est à nouveau aujourd'hui, d'autant plus qu'un de ses coureurs, Nico Mattan, n'a pas été épargné non plus l'autre nuit. `J'aimerais cependant rappeler qu'en France, les reproches faits à Bernard Sainz en 1999 n'ont ensuite pas été prouvés. Et cette affaire n'a jamais été jugée chez nous. Cela étant, je n'en reviens pas aujourd'hui...´

Alain Bondue n'en revient pas car il pensait que Frank Vandenbroucke avait enfin pigé. Mais voilà: il faut croire que Bimbo ne pouvait pas se passer de certaines méthodes pratiquées par Sainz. Comme s'il en était accro. `Vous savez, Bernard Sainz est une sorte de gourou. En tout cas, les coureurs le présentent en tant que tel. Il recèle, dit-on, une incroyable force de persuasion. En clair, il sait endoctriner comme personne!´
Autre étonnement que divulgue Alain Bondue: le fait que des coureurs puissent encore recourir à des substances interdites aujourd'hui malgré l'étau qui se resserre autour d'eux en matière de lutte antidopage. `Je n'en reviens pas, en effet, qu'on puisse utiliser certains produits et, ensuite, que les coureurs poussent la plaisanterie jusqu'à les cacher chez eux. Oui, franchement, il y a quelque chose qui m'échappe! Je suis surpris qu'il y ait encore des mecs qui touchent à ça.´

Ne cherchant pas à raviver la polémique qui entoura le séjour de Frank Vandenbroucke chez Cofidis, Alain Bondue essaie plutôt de comprendre ce qui a poussé le coureur belge à retomber dans le piège: `Malheureusement, je ne décèle aucune explication rationnelle. Ça me dépasse. Frank n'est pas naïf. Il est con! Maintenant, pour ce qui est de sa carrière, je crois que c'est ciao, ciao
En d'autres termes, c'est fini. Le dernier combat mené par VDB n'aura même pas été beau. Il fut à la fois inutile et stupide. Malgré ça, il a failli nous convaincre. Sans doute une influence de Bernard Sainz, dit Monsieur Persuasion...