Freire : “Gilbert sera redoutable”

Julien Gillebert Publié le - Mis à jour le

Cyclisme

Oscar Freire rêve d’un quatrième titre mondial, mais se méfie du Liégeois

BRUXELLES Une semaine de Vuelta. Et puis basta . Pour préparer le Championnat du Monde, Oscar Freire n’a pas connu le schéma classique à l’approche d’un Mondial.

“Et je n’aurai disputé que le Grand Prix de Wallonie avant de me rendre au Danemark, mais je suis confiant. De toute façon, il faut l’être, non ?” interrogeait, dans un sourire, avec son détachement habituel, l’Espagnol, au départ de la semi-classique wallonne. “Bon, sur le papier, je ne sais pas trop où j’en suis. Mais j’espère être bien pour le Championnat du Monde.”

Sa septième place, au sommet de la Citadelle de Namur, l’a sans doute rassuré. Car il rêve depuis longtemps de décrocher un quatrième sacre mondial, lui qui s’était imposé, et révélé, à Vérone, en 1999, avant de récidiver deux ans plus tard à Lisbonne et de gagner à nouveau sur le tracé de Vérone, en 2004. “Je suis bien évidemment heureux d’avoir pu porter le maillot arc-en-ciel durant trois saisons, mais l’avoir à nouveau pour une saison, ce serait vraiment très beau” , raconte encore Oscarito . “Je ne vais pas dire que c’est un rêve, mais je suis très motivé par cette perspective.”

Surtout que le tracé danois est annoncé plat et conviendra donc aux sprinters résistants, ceux capables de s’imposer en côte après avoir avalé 260 kilomètres, ce qui n’est pas donné à tout le monde. “J’ai participé cet été au Tour du Danemark pour pouvoir aller jeter un coup d’œil au parcours” , poursuit le coureur de Rabobank, qui n’a gagné que deux fois cette année (deux étapes de la Ruta Del Sol). “J’ai pu me rendre compte de sa facilité. Il n’y a seulement qu’une côte, celle de l’arrivée. Cela pourrait donc se terminer au sprint.”

Un sprint qui sera, selon lui, difficile à gérer, vu sa pente. “J’aurais préféré un tracé plus dur, plus éprouvant, mais je peux m’y débrouiller” , poursuit Oscar Freire. “J’ai juste peur des conditions météo. En Espagne, il fait encore très chaud. Ici, déjà, en Belgique, il fait plus frais, mais s’il fait mauvais au Danemark, cela pourrait être vraiment difficile. Car apparemment, là-bas, quand il fait mauvais, il fait vraiment froid ! Ce ne serait pas idéal pour nous, les Espagnols ! Surtout qu’un Mondial, c’est long.”

Quels favoris Oscar Freire pointe-t-il pour ce Mondial de Copenhague ? “C’est une arrivée pour Thor Hushovd” , termine-t-il. “Mais n’oubliez pas que même sur un tracé comme celui-là, un certain Philippe Gilbert peut être très dangereux. Philippe, c’est tout simplement le meil- leur du monde ! Et il s’annonce redoutable.”

À 35 ans, Oscar Freire ne sait toujours pas ce qu’il fera en 2012. “Si je suis champion, je vais continuer, c’est certain. Mais je crois que je serai encore coureur. Par contre, je ne sais pas dans quelle équipe.” Il a déjà été cité chez Movistar.



© La Dernière Heure 2011
Publicité clickBoxBanner