Froome ne craint pas Contador

Julien Gillebert Publié le - Mis à jour le

Cyclisme

Pour la première fois leader, le Britannique va défier l’Espagnol sur ses terres

PAMPELUNE Ça va grimper, ces trois prochaines semaines, sur le Tour d’Espagne, avec pas moins de six arrivées au sommet et 36 ascensions répertoriées. Cette 67e Vuelta, concentrée dans le Nord du Pays, semble taillée sur mesure pour Alberto Contador qui rêve d’y faire un retour triomphant, lui, le banni qui a été écarté des pelotons ces six derniers mois.

L’Espagnol est revanchard et n’a jamais caché ses ambitions de remporter pour la deuxième fois son tour national, comme il l’avait fait en 2008, quand il avait été privé de Tour de France (son équipe de l’époque, Astana, n’avait pas été invitée suite à l’affaire Vinokourov). Il a d’ailleurs prouvé en terminant 4e de l’Eneco Tour, sur un tracé qui était loin de lui convenir, qu’il n’a pas chômé pendant son absence.

Le leader de Saxo-Bank-Tinkoff Bank (qui ne pourra pas marquer de points World Tour ces deux prochaines années, ce qui irrite au plus haut point Bjarne Riis) estime cependant qu’il doit encore monter en puissance et ne s’attend pas à faire d’étincelle durant la première semaine. “Je vais courir à mon rythme, en étant bien, pour être dans une meilleure forme que mes rivaux dans la troisième semaine” , a prévenu Contador, qui estime que la course pourrait se décider dans les trois étapes de montagne qui seront disputées dans les Asturies à la fin de la deuxième semaine. “Cette Vuelta sera très dure, mais je suis en forme, enthousiaste et motivé. Après deux années très difficiles à vivre, durant lesquelles j’ai souffert, je veux prendre du plaisir sur le vélo. Et me battre pour la victoire.”

Qui craint-il le plus pour la victoire finale ? “Sans hésiter Chris Froome, qui était le plus fort au Tour de France, même si cela ne veut pas dire qu’il aurait gagné car Wiggins était vraiment costaud dans les chronos” , termine Contador.

Deuxième de la Vuelta l’an dernier et battu par Cobo pour treize petites secondes, Chris Froome (qui aurait sans doute remporté le Tour d’Espagne 2011 s’il n’avait pas bossé, déjà, pour Wiggins), ne cache pas ses ambitions, même s’il devra gérer sa fatigue car, après sa 2e place au Tour, il est encore allé chercher une médaille de bronze lors du chrono des JO.

Mais il se dit prêt à être enfin leader, chez Sky. “Ce rôle est nouveau pour moi et je tiens à saisir cette opportunité, mais en fin de compte, c’est toujours le même métier : il faut pédaler” , glisse, sourire en coin, Chris Froome, qui désigne Contador comme l’homme à battre. “Je n’ai jamais couru contre lui, mais je ne le crains pas, comme je pense que je ne lui fais pas peur.”

Ce duel annoncé sera arbitré par Joaquin Rodriguez et son armada Katusha, avec son très efficace ami Daniel Moreno et l’ancien double vainqueur, Denis Menchov, mais aussi par les Movistar (avec Cobo, le vainqueur sortant, Valverde et le très prometteur Colombien Quintana), Igor Anton, les Néerlandais Gesink et Mollema et, on l’espère, nos Belges.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner