Cyclisme Chris Froome était fort entouré mercredi à Mijas avant le départ de la 1e étape de la Ruta del Sol, la première course de l'année pour le Britannique, dans l'oeil du cyclone depuis la révélation en décembre d'un contrôle antidopage anormal. 
 
"Je sais que je n'ai rien fait de mal", a déclaré Chris Froome aux nombreux journalistes s'étant massés au pied du bus de l'équipe Sky. "Nous sommes en plein processus pour le prouver. Nous y travaillons très dur. Personne au monde ne souhaite plus que moi que cela soit résolu le plus vite possible. Je ne demande à personne le bénéfice du doute. Tout ce que je veux, c'est un procès équitable. Je ne peux malheureusement pas dire grand chose publiquement sur mon cas. Cela aurait dû rester une affaire confidentielle, mais elle a été rendue publique", dit le quadruple vainqueur du Tour de France". 

La présence de Froome à la Ruta del Sol a été vivement critiquée par le public mais aussi au sein du peloton. Le Britannique dit malgré tout avoir reçu beaucoup de soutien. "Le soutien que j'ai reçu, aussi de la part d'autre coureurs, est fantastique. Mais il y a eu beaucoup de fausses informations parues. Beaucoup de gens qui ne comprennent pas le processus mis en place ont donné leur avis. Je pense que tous ces gens verront les choses de mon point de vue quand tous les faits seront connus". 

Malgré l'épée de Damoclès qui plane au-dessus de sa tête, Froome se montre ambitieux pour 2018. "J'irai au Giro et au Tour pour y prester du mieux possible. Je veux retrouver ma meilleure forme pour le départ du Giro. L'hiver a été très difficile pour moi, mais j'ai fait de longues séances d'entraînement en vue de la nouvelle saison. Cela a été et est toujours une période difficile, pour moi et pour tout le monde, supporters comme coureurs".