Cyclisme

Christopher Froome a décroché le sixième grand tour de sa carrière dimanche en empochant la 101e édition du Tour d'Italie. Une épreuve intense qui semblait pourtant bien mal embarquée pour le leader de l'équipe Sky après les deux premières semaines de course.

"C'est incroyable", a-t-il répété de nombreuses fois à l'interview au terme de la dernière étape dans les rues de Rome.

"L'ambiance qui se respirait ici à Rome était quelque chose de top: tous ces monuments, les gens... Ce côté ne m'a certainement pas déçu", a souri Froome qui a pu rouler tranquillement lors des derniers kilomètres suite à la neutralisation des temps en raison de la dangerosité du tracé citadin.

Déjà vainqueur de quatre Tours de France, et d'une Vuelta, Froome ajoute le Giro à son palmarès pour aligner un troisième grand tour d'affilée. "Je pense que je n'ai pas encore réalisé. Mais, cela arrivera dans les prochains jours car j'aurai le temps d'y penser plus calmement. Cela a été incroyable. Pour n'importe quel coureur c'est un rêve de porter les trois maillots de leader. C'est un sentiment incroyable de pouvoir remporter ces trois courses en l'espace de dix mois. Il n'existe rien de plus grand."

"J'ai toujours eu un peu peur de venir ici et de faire du Giro un de mes objectifs" a ajouté Froome, premier Britannique à remporter le Giro."Cette course est si exigeante, si différente des autres courses qui existent. Je suis ici en rose et je n'y crois toujours pas. Si je reviendrai? Chaque année, les programmes sont différents mais, oui, je veux revenir."


Bennett: "J'ai tellement souffert lors des deux dernières étapes"

Samedi, Sam Bennett terminait à la peine en avant-dernière position de la 20e étape du Giro. Le lendemain, l'Irlandais s'impose à Rome à quelques centaines de mètres du Colisée lors de la dernière étape, signant son troisième succès dans un Giro totalement réussi.

"J'ai du mal à réaliser. Je ne sais pas comment j'ai fait pour battre Viviani. J'ai tant souffert les deux derniers jours. Je pense que j'ai trop donné lors des deux premières semaines et que j'en ai payé le prix. Mes équipiers ont réalisé un gros travail avant le sprint pour revenir sur l'échappée. Je pense avoir grandi dans ce Giro. Trois victoires, cela donne confiance. Je ne sais pas ce que je vais faire maintenant mais ce serait un rêve de remporter le titre national."

Deuxième sur la ligne, Viviani peut se consoler avec la victoire du classement par points. "J'ai pu prouver mes qualités dans ce Giro. Il manque la cerise sur le gâteau. C'était un rêve de gagner à Rome, je n'ai pas pu l'atteindre. L'équipe m'a lancé à la perfection et j'ai produit mon effort aux 200 mètres. Mais Sam Bennett était plus fort que moi, il m'a sauté à 50 mètres de la ligne. J'ai gagné quatre étapes et le maillot cyclamen. On peut être fier de ce qu'on a fait."