Cyclisme Le vainqueur du Tour de France est tout proche de prolonger son contrat.

Geraint Thomas était ce week-end en Belgique et aux Pays-Bas où il a participé à quelques critériums. Vendred soir, à Courtrai, le vainqueur du Tour a devancé Iljo Keisse et Tom Dumoulin, lequel a pris sa revanche sur le Gallois dimanche à Etten-Leur, dans le Limbourg néerlandais.

En marge de ces épreuves, le Britannique a donné plusieurs interviews, notamment au Nieuwsblad et à Sporza, dont voici les morceaux choisis :

"Je voulais fêter ma victoire au Tour pendant deux semaines, mais après une, j’étais trop fatigué. C’était vraiment fou depuis le Tour, je suis retourné deux jours à Cardiff, mais c’était dingue. La semaine prochaine (dès aujourd’hui), je vais reprendre une vie normale (Thomas roulera les Tours d’Allemagne, du 23 au 26 août, et de Grande-Bretagne, avec Froome, du 2 au 9 septembre). Le Mondial ou celui de chrono par équipes ? Je ne sais pas encore, on doit en parler."

"J’ai reçu énormément de félicitations après ma victoire au Tour de France, comme celles d’Elton John, mais en tant que supporter d’Arsenal, j’ai particulièrement apprécié le message vidéo que m’a envoyé Thierry Henry. Je sais qu’il est dans le staff des Diables Rouges, mais pour moi il peut devenir l’entraîneur d’Arsenal ou du Pays de Galles. Ce serait super."

"Sky est ma famille. La semaine passée, j’étais avec ma femme à un barbecue avec Chris Froome et Michelle Froome. Les Rowe étaient là aussi. Je dois tout à mon équipe. Tout n’est pas encore réglé à cent pour cent, et je n’ai pas encore signé (une prolongation de contrat), mais j’espère avoir de bonnes nouvelles la semaine prochaine (celle-ci ) ."

"Je veux plus qu’un succès au Tour. Peut-être que ce sera au Giro ou à la Vuelta, mais je veux certainement revenir aussi au Tour. Je ne sais pas si je pourrai combiner deux grands Tours la même saison. Ce que Froome a fait l’an passé ou même cette année, et aussi Dumoulin, c’est unique. Mais j’ai un compte à régler avec le Giro (NdlR : leader de son équipe, il y avait chuté l’an passé et avait dû abandonner). Avant de se décider, il faut encore qu’on voie avec l’équipe à quoi ressemblent les parcours."

"Je reviendrai certainement un jour courir les classiques flandriennes. Je veux gagner un jour le Tour des Flandres, mais d’abord encore tout miser sur un grand Tour pendant deux ou trois ans."