Cyclisme L’espoir italien a un talent indéniable pour le cyclisme. Et pour les polémiques.

À l’arrivée à Côme, Alexis Vuillermoz est énervé malgré son excellente quatrième place sur le Tour de Lombardie. La scène est plutôt fréquente dans le cyclisme après un sprint houleux. Mais le fait que le Jurassien ait disputé la troisième place à Gianni Moscon interpelle. Car la liste des polémiques touchant l’espoir du Team Sky s’allonge de jour en jour.

La première d’entre elles remonte au 29 avril. Peu après l’arrivée de la troisième étape du Tour de Romandie à Payerne, alors que les coureurs de la Sky congratulent le vainqueur Elia Viviani, Gianni Moscon est pris à partie par Kevin Reza. Le coureur de la FDJ lui reproche d’avoir proféré à son encontre des insultes racistes. Une accusation corroborée peu de temps après, sur Twitter, par son équipier suisse Sébastien Reichenbach. "Choqué d’entendre encore des imbéciles utiliser des insultes racistes dans le peloton pro. Vous êtes une honte pour notre sport."

Gêné aux entournures, le Team Sky ne tarde pas à réagir par le biais de son directeur sportif Nicolas Portal. "On ne peut pas laisser passer cela. Gianni est encore jeune mais il doit comprendre qu’il y a des choses qu’on ne peut pas dire."

L’affaire rebondit ensuite le 3 octobre, lors des Trois Vallées Varésines, où Sébastien Reichenbach est victime d’une lourde chute lui occasionnant des fractures du coude et du bassin.

(...)