Gilbert : “Philippe n’est pas une machine, c’est un être humain”

E.d.F Publié le - Mis à jour le

Cyclisme

Jeannot Gilbert savoure le retour de son fils au premier plan, juste avant Liège

Au pied du podium sur lequel son fils encadre, avec le Suisse Michael Albasini, son successeur au palmarès de la première des deux classiques wallonnes, Joaquin Rodriguez, Jeannot Gilbert boit du petit-lait.

Le Remoucastrien savoure le résultat que Philippe vient d’obtenir quelques minutes plus tôt en s’arrachant au plus fort de la pente.

“Il est devant son élève”, dit-il en parlant de Jelle Vanendert, son ancien lieutenant, qu’on pensait mieux armé que le Liégeois pour jouer la victoire sur le Mur de Huy.

“Je suis content de son résultat”, dit-il encore, avant de dégainer. “Ça va calmer les gens. Il y a plein de supporters et une grosse partie de la presse qui n’ont fait que le descendre. Quand on entend toutes les méchancetés qui ont été dites sur lui, et encore, on ne nous a pas tout dit car on est ses parents et on ne voulait pas nous faire de mal... Philippe est occupé à mettre les points sur les i, il est en train de prouver qu’on ne devait pas douter de lui.”

Ce que le père Gilbert n’a jamais fait, répète-t-il.

“Il y a eu une série de circonstances”, poursuit Jeannot Gilbert. “D’abord, il a retardé sa préparation, puis, il a eu ses ennuis de position sur le vélo; ça a aussi duré longtemps, trop à mon goût. Philippe a toujours eu des gros problèmes en changeant de vélo. Vous savez, dans le bas du cadre, entre le Canyon de l’an dernier et le BMC de cette saison, il y a 1,5 cm de différence, c’est énorme. Enfin, n’oubliez pas ses ennuis dentaires; le tout mis ensemble, ça justifie ses débuts difficiles.”

L’Ardennais se montre désormais plus qu’optimiste, à quelques jours de Liège-Bastogne-Liège.

“Ce ne sont pas des machines”, continue Jeannot Gilbert. “Philippe est un être humain comme tout le monde. On a cru qu’il n’aurait qu’à paraître après sa saison de l’an dernier, mais ce n’est pas vrai. Mais il est revenu au bon moment; il sera là, dimanche, à Liège-Bastogne-Liège.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner