Cyclisme

Grâce à un solo de 80 kilomètres, Chris Froome est devenu vendredi le nouveau leader du Tour d'Italie au terme de la 19e étape.

Pour Froome, cet assaut est-il le plus épique de sa carrière? "Oui, je ne pense pas avoir attaqué tout seul à 80 kilomètres de la ligne. Je suis arrivé seul mais l'équipe a fait un travail fantastique pour me mettre en place. Nous savions que je devais faire quelque chose de très spécial. D'abord, pour me débarrasser de Simon Yates et puis, de Dumoulin et Pozzovivo", a expliqué le Britannique.

"Je n'aurais pas réussi à passer de la quatrième à la première place en attaquant seulement sur la dernière montée. Je devais essayer quelque chose de plus loin. Le Colle delle Finestre était l'endroit idéal pour faire ça. Les routes de terre me rappellent un peu l'Afrique. Je me sentais bien et je me suis dit que c'était maintenant ou jamais. Je devais essayer."

Au classement général, Froome possède 40 secondes d'avance sur Dumoulin. "C'est fantastique. Samedi, ce sera une journée difficile mais plus l'épreuve avance, mieux je me sens. J'ai tout donné en essayant de rester dans mes limites. J'espère assurer demain."

Tom Dumoulin: "Je n'ai pas pu suivre"

Le Néerlandais Tom Dumoulin (Sunweb) a reconnu la supériorité de Chris Froome lors de la 19e étape du Tour d'Italie vendredi. Le Britannique de l'équipe Sky a réussi un gros coup de force en partant à 80km de l'arrivée pour l'emporter avec 3 minutes d'avance sur ses premiers poursuivants. Tom Dumoulin a limité les dégâts et pointe à 40 secondes au classement général, 2e derrière Froome.

"C'était vraiment une étape folle ! Je m'attendais à ce que Sky bouge, je savais qu'ils avaient planifié quelque chose", a commenté le Néerlandais. "J'avais de bonnes jambes mais Froome était trop fort, je n'ai pas pu suivre. Je savais que c'était surtout à moi de rouler dans le groupe de chasse. Chacun fait sa course et je peux comprendre que tout le monde ne collabore pas. Ce soir, je suis un peu pessimiste, mais on verra demain (samedi) au réveil. Ca va être difficile."