Cyclisme La moto d’un policier a fait chuter Thomas, Landa, Yates et Kelderman.

Toutes les chutes sont à déplorer. Si les gamelles font partie de l’histoire du vélo, celles qui sont causées par des éléments extérieurs au peloton sont plus regrettables que les autres. Comme celle qui a marqué l’étape du Blockhaus. Alors que la tension était vive à l’approche de la terrible montée finale, une moto de la police italienne, stationnée sur le bord de la route à quinze bornes de l’arrivée, a provoqué une chute massive à l’avant du peloton.

Les coureurs, dont l’intensité de l’effort à cet instant était très élevée, comme leur concentration pour rester bien placés, n’ont pas pu éviter cette moto à l’arrêt. Wilco Kelderman l’a touchée. Déséquilibré suite au choc (qui l’a contraint à l’abandon, avec un doigt cassé), le Néerlandais de Sunweb, qui visait un bon classement général, est tombé, entraînant avec lui ses collègues, comme des quilles au bowling.

Un véritable et malencontreux strike pour Sky, qui a vu ses leaders au sol : Geraint Thomas et Mikel Landa, mais aussi plusieurs de leurs coéquipiers, dont Vasil Kiryenka ou Diego Rosa, qui a dû abandonner. L’addition est salée : le Britannique perd plus de cinq minutes et l’Espagnol près d’une demi-heure ! "Je me sentais pourtant si bien", a commenté Geraint Thomas, qui a évité de polémiquer. "J’ai perdu cinq minutes, mais j’ai l’impression d’en avoir perdu trois ou quatre dans cette chute. Qui aurait pu être pire. Maintenant, il va falloir continuer à se battre." Son coéquipier avait le même discours. "J’espère désormais des opportunités la dernière semaine", glisse-t-il.

Auteur d’un grand numéro dans la montée du Blockhaus, Tom Dumoulin avait toutes les raisons de se réjouir à l’arrivée. "Je suis content de mon effort, mais je ne suis pas heureux, car j’ai perdu mon coéquipier Wilco Kelderman dans cette chute", raconte le Néerlandais. "Je suis vraiment triste pour lui, car il était en grande condition. De tels incidents ne devraient pas arriver ! Que faisait cette stupide moto à cet endroit ? J’ai eu de la chance d’éviter la chute de justesse."

Adam Yates, qui a lui aussi été impliqué dans la chute et a perdu plus de quatre minutes et demie, était lui très déçu. "J’ai travaillé si dur ces derniers mois pour arriver dans la forme qui est la mienne et cette condition ne me mène nulle part avec un tel scénario", déplore le coureur d’Orica-Scott. Dont la direction sportive, comme une partie du peloton, était remontée contre les Movistar. "Ils auraient pu attendre quelques minutes après la chute provoquée par cette moto, pour que les prétendants du classement général reviennent", raconte le directeur sportif Matthew White.

La suite de ce Giro s’annonce tendue !