Cyclisme

Guillaume Van Keirsbulck, 26 ans, dispute sa deuxième saison chez Wanty-Groupe Gobert. L'an passé, il avait remporté le GP Samyn et s'était illustré dans une très longue échappée de 190 km au Tour de France. "Je n'étais pas mécontent de ma saison, mais je veux plus me montrer en 2018", a-t-il expliqué durant le stage à Benidorm.

Vainqueur du Samyn, Van Keirsbulck compte cette année se montrer sur les courses flamandes, mais il sait que cela dépend de différents facteurs. "J'avais par exemple crevé à un mauvais moment à l'E3 Harelbeke, juste avant le Taaienberg. J'avais dû revenir sur le peloton. Finalement, j'avais roulé une belle course, mais terminé 36e. J'aurais pu mieux me classer, et pareil sur d'autres épreuves. Souvent, je n'étais pas loin. J'espère que cette malchance s'arrêtera en 2018 et que je pourrai plus me montrer."

Le coureur a modifié son programme cette saison. "J'avais trop couru en 2017 et j'étais épuisé au Ronde. Nous allons programmer cela différemment cette année."

"Je veux gagner plus que l'an passé et me montrer dans les grandes courses", ajoute-t-il. "Je peux me retrouver dans le final. Je dois plus me montrer à l'E3 Harelbelke, dans A Travers les Flandres et au 'Ronde'. Je me suis classé une fois cinquième d'A Travers Les Flandres (2015). C'est une course que je peux gagner, mais j'ai besoin d'un brin de réussite. J'ai besoin d'une course dure, que je peux finir fort. Je ne gagnerai pas le Tour des Flandres, car je ne peux pas inquiéter Van Avermaet et Sagan, mais un top-cinq, dans un bon jour, est possible."

L'équipe Wanty-Groupe Gobert sera de retour au Tour de France cette année. "C'était une chouette expérience. Je la répèterais volontiers. Je ne vais plus entreprendre une telle échappée monstre, mais il y a une série d'étapes qui me plaisent, comme celles en Bretagne et celle des pavés. Bien sûr, j'apporterai aussi mon soutien à Dupont pour les sprints."