Hesjedal le grand voyageur

Publié le - Mis à jour le

Cyclisme

Portrait de cet ancien vététiste qui est devenu le premier canadien à remporter un grand tour

MILAN Le vainqueur du Tour d'Italie, Ryder Hesjedal, est un grand voyageur qui a abordé la route par le biais du VTT, la discipline d'origine de ce coureur né voici 31 ans sur la côte ouest du Canada.

"Un citoyen du monde"", a résumé le journal organisateur du Giro, la Gazzetta dello Sport, après le premier maillot rose conquis par le grand gabarit canadien (1,88 m pour 72 kg) dans les Abruzzes, le 12 mai, au terme de la 7e étape.

Hesjedal, marié à Ashley, une Américaine de Saint-Louis, se partage entre son pays de naissance, où il possède une maison, son appartement de Gérone en Espagne, pour la saison cycliste européenne, et une villa à Hawaï, son lieu d'élection pendant l'hiver. C'est là qu'il se livre aux joies du surf et, à l'occasion, à la pratique du VTT, jusqu'à escalader les pentes d'un volcan dépassant 3000 mètres d'altitude.

A peine adolescent, à l'âge de 13 ans, le natif de Victoria a marqué sa volonté de délaisser le base-ball, pour lequel il avait des dispositions, afin de privilégier le VTT. L'accord paternel obtenu, il se consacre à ce sport dans lequel il gravit les échelons jusqu'à participer aux JO d'Athènes 2004. Sans réussite, à cause d'une crevaison survenue peu après le départ de la course olympique.

Après ce rendez-vous manqué, Hesjedal décide de se consacrer exclusivement à la route. Il a déjà rejoint le groupe de Lance Armstrong, après une expérience peu concluante avec les espoirs de Rabobank. Mais l'apprentissage se révèle plus long que prévu.

Il doit même redescendre en 2007 d'un échelon, dans une formation américaine de deuxième division, avant de retrouver l'élite l'année suivante en signant chez Garmin, son équipe actuelle.

Pour devenir un leader, cet individualiste-né ("il n'écoute jamais", regrettait alors l'un de ses anciens directeurs sportifs), sûr de ses moyens physiques, doit encore patienter. Malgré des places d'honneur dans les classiques (2e de l'Amstel Gold Race 2010 notamment) et une sixième place dans le Tour de France 2010 qui prouve ses qualités d'endurance et son aptitude à passer la montagne (3e de l'étape du Tourmalet). Avant lui, aucun Canadien n'était monté sur le podium d'un grand tour.

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner