Cyclisme

Le psychologue confirme que VDB avait touché le fond, miné par ses problèmes conjugaux et ses ennuis au genou

BRUXELLES À l'été 2001, tentant de relancer sa carrière, Frank Vandenbroucke fit appel au kiné Lieven Maesschalck et au psychologue Jef Brouwers. Remis en selle un moment, l'opération commando, orchestrée par son manager et ami Paul De Geyter, fit long feu.

Entre autres parce que, quelques mois plus tard, Frank Vandenbroucke se fit prendre à quelques jours de l'ouverture de la saison 2002, après une perquisition à son domicile durant laquelle des produits dopants furent découverts en grand nombre à son domicile. L'affaire n'a toujours pas trouvé son épilogue...

Depuis près de six ans, Jef Brou- wers s'est régulièrement occupé du Wallon avec lequel il est resté très proche. Il y a quelques jours, il avait encore été en contact avec VDB. "Ça allait vraiment très mal pour Frank et je ne savais plus comment l'aider", a pourtant confié Jef Brouwers. "Ses problèmes au genou l'ont sérieusement miné. Frank n'arrivait plus à augmenter sa mas- se musculaire et il n'arrivait plus à rouler correctement, même après l'opération. Par ailleurs, les médecins ne pouvaient apporter une réponse à ses problèmes et à ses interrogations."

"Il vit seul à Milan"

Le psychologue anversois poursuit. "Ces derniers jours, c'est devenu terrible, dit-il. Les gens que j'ai appelés en Italie n'ont pas pu non plus l'aider. D'après Frank, tout était perdu, il ne voyait pas comment s'en sortir. C'est vraiment ce problème au genou qui l'a rongé même si, d'un point de vue privé, cela n'allait pas non plus. Frank se sentait totalement abandonné. Il vit seul à Milan. Malgré tout cela, je n'ai malheureusement pas pu déceler qu'il voulait mettre fin à ses jours, et je m'en veux. Quand quelqu'un en arrive à tenter de se suicider, c'est toujours une triste affaire et un échec."



© La Dernière Heure 2007