Cyclisme

L'Allemand Marcel Kittel (Argos-Shimano), vainqueur de quatre étapes du Tour de France dont la dernière dimanche sur les Champs-Elysées, a reçu une bonne nouvelle lundi. Le Tribunal arbitral du Sport (TAS) a décidé que le traitement du sang par rayons ultra violet (UV) n'était pas du dopage sanguin, a révélé lundi l'agence allemande antidopage (NADA). Kittel figurait parmi 28 sportifs allemands suspectés par la NADA d'avoir eu recours au dopage sanguin en 2007 et 2008 sous la direction du docteur Andreas Franke. Il avait à l'époque 18 ans.

Celui-ci prélevait du sang, le traitait par rayons UV avant de le réinjecter à son "propriétaire".

La justice sportive allemande avait estimé à l'automne dernier que cette méthode n'était une infraction aux règlements en vigueur instaurés par l'agence mondiale antidopage (AMA). Ce n'est qu'en janvier 2012 que cette méthode a été interdite.

La NADA s'était tournée vers le TAS afin d'aller en appel de cette décision.

Le TAS, qui n'a pas encore officiellement communiqué dans ce dossier, a confirmé à la NADA la décision de la justice sportive allemande.

Le nouveau roi du sprint, dont le nom n'était formellement cité dans ce dossier mais dont l'identité ne faisait aucun doute, ne risque donc aucune sanction.

Kittel prolonge jusqu'en décembre 2016

Marcel Kittel, le roi des sprints du dernier Tour de France, continuera à porter le maillot de l'équipe cycliste Argos-Shimano ces prochaines saisons. Il a prolongé son contrat jusqu'en décembre 2016, ont annoncé lundi soir les dirigeants d'Argos sur Facebook.

Kittel, 25 ans, vainqueur de quatre étapes dans le Tour de France 2013, était lié auparavant jusqu'en décembre 2014.