Cyclisme Depuis 1936, la classique a pris place dans la légende du sport cycliste

BRUXELLES Près d'un demi-siècle après la mise sur pied de Liège- Bastogne-Liège, Alban Collignon, le patron du journal Les Sports, et ses collaborateurs Albert Van Laethem et Albert Beving créèrent une épreuve qui reliait Tournai à Liège en traversant de part en part la Wallonie. La petite soeur de la Doyenne, la Flèche Wallonne, était née et sa première édition eut lieu le 13 avril, lundi de Pâques, au lendemain de Paris-Roubaix. Un an avant qu'il ne devienne champion du monde, le Carolo Eloi Meulenberg était le favori de cette course. Le Jumétois était d'ailleurs occupé à s'imposer quand, aux Terrasses, à Liège, une moto le renversa. Meulenberg finit 10e et Philémon Demeersman déflora le palmarès de la Flèche.

En près de septante ans, la classique wallonne, qui déménagea sans cesse, tant son lieu de départ que celui d'arrivée, ne connut qu'une seule interruption, en 1940. C'est pendant ces années de guerre que Marcel Kint, l' Aigle noir, allait réussir le triplé en gagnant consécutivement de 1943 à 45. Personne n'a jamais fait mieux, ni Eddy Merckx ni Moreno Argentin, les deux autres corecordmans. Ces trois-là ont écrit quelques-unes des grandes pages du livre d'or de la Flèche. Dans lequel trouvent place aussi le succès en surclassement de Fausto Coppi (1950), les formidables empoignades Kübler-Ockers- Bobet, la dernière grande victoire de Rik Van Steenbergen (1958) ou celle de Pino Cerami (1960) s'envolant dans la rue d'Assaut devant les siens. Sans parler des premiers pas chez les pros d'un certain Eddy Merckx, en avril 1965, ou de l'édition 1968 qui permit à Rik Van Looy de compléter son unique collection de classiques en gagnant la seule qui manquait encore à son formidable palmarès.

Plus près de nous, les deux triomphes de Claudy Criquielion au sommet du Mur de Huy ou celui de Rik Verbrugghe, après une interruption de douze ans des victoires belges, ont également enflammé les supporters wallons.

Un classement de régularité sur les deux classiques wallonnes vit temporairement le jour en 1950: le Week-end ardennais. Reprise il y a une quinzaine d'années, comme Liège-Bastogne qui connaissait elle aussi des problèmes d'organisation depuis un certain temps, par la Société du Tour de France (ASO aujourd'hui), la Flèche Wallonne est désormais pérennisée. Ecartée pour des raisons stratégiques de la Coupe du Monde où elle aurait eu cent fois sa place, elle fera prochainement partie du Pro Tour que l'UCI entend lancer dès la saison 2005.

© Les Sports 2004