Cyclisme

"Le parcours est dangereux", ont indiqué plusieurs coureurs après avoir terminé le contre-la-montre individuel de 31 km, comptant comme 20e étape du Tour de France, samedi.

En raison de la pluie, les routes entre Saint-Pée-Sur-Nivelle et Espelette sont humides. "Le parcours est dangereux, je n'ai pas pris trop de risques", a expliqué Timothy Dupont. "Surtout dans la descente c'était dangereux. Je veux sprinter à Paris, donc je n'ai pas plaisanté ici."

"C'est vraiment un parcours difficile", a confié Jasper De Buyst. "Dans les cinq à six premiers kilomètres, ce n'est jamais plat, tu dois continuellement chercher ton rythme. Après tu peux prendre de la vitesse, et à la fin, il y a cette montée finale très difficile. Ce sera un duel entre Tom Dumoulin et Primoz Roglic."

Amund Groendahl Jansen pense que le parcours convient à son équipier Roglic. "C'est un parcours parfait pour lui, il peut certainement viser la deuxième place du général s'il est bien."

"C'est vraiment un parcours difficile", estime Guillaume Van Keirsbulck. "Beaucoup plus dur que celui de l'an passé à Marseille. Je ne savais pas à quoi m'attendre, car je n'ai pas reconnu le parcours. C'était un peu comme rouler les yeux fermés et je devais complètement me baser sur les commentaires d'Hilaire (Van der Schueren, le directeur sportif de Wanty-Groupe Gobert)."

Toujours chez Wanty-Groupe Gobert, le Français Yoann Offredo a expliqué devant les caméras de France Télévisions qu'il avait dû accomplir les 11 derniers kilomètres sans freins. "Ils ne marchaient plus, je devais crier aux gens de s'écarter dans la descente." Lorsqu'on lui a demandé s'il ne pouvait pas changer de vélo, le Français a répondu: "pas de commentaire".