Cyclisme

Le Norvégien Odd Christian Eiking a remporté son premier succès de la saison lundi dans la 3e étape du Tour de Wallonie à La Roche-en-Ardenne. Le coureur de Wanty-Groupe Gobert, qui s'est imposé en solitaire, a montré son talent de puncheur dans les bosses ardennaises. Le Belge Tim Wellens (Lotto Soudal) a conservé son maillot jaune de leader.

Odd Christian Eiking a surpris tout le monde en trouvant la faille à 4 kilomètres de l'arrivée, après le passage de la dernière des six difficultés du jour. Le coureur norvégien de 23 ans, qui a milité deux saisons à la Française des Jeux avant de rejoindre son équipe belge actuelle pour deux ans au début 2018, a signé, en puncheur ardennais, sa première victoire de la saison, sa 2e dans les rangs professionnels après son succès aux Boucles de l'Aulne en 2017.

La première échappée de la 3e étape a pris plus de 30 kilomètres pour voir le jour. Trois coureurs, Edward Planckaert (Sport Vlaanderen-Baloise), Alex Kirsch (W-B-Aqua Protect-Veranclassic) et Lionel Taminiaux (AGO-Aqua Service), ont réussi à sortir du peloton. Le trio allait rapidement se limiter à un duo, Taminiaux laissant partir ses deux compagnons d'échappée. Un incident de course à 70 kilomètres de l'arrivée a coûté cher à Alex Kirsch, percuté accidentellement par la voiture du directeur sportif de Sport Vlaanderen-Baloise et propulsé au sol. Le coureur luxembourgeois a repris la course dans les voitures.

Après la réintégration de Planckaert par le peloton, une nouvelle initiative a vu progressivement le jour avec Ryan Gibbons (Dimension Data), Przemyslaw Niemiec (UAE Team Emirates), Dorian Godon (Cofidis), Daan Soete (Veranda's Willems-Crelan), Dries De Bondt (Veranda's Willems-Crelan), Rémi Cavagna (Quick Step Floors) et Gordon De Winter (AGO-Aqua Service).

Les 7 échappés ont franchi pour la fois la ligne d'arrivée, à 28 kilomètres du but, avec une timide avance sur le peloton conduit par les équipiers du maillot jaune Tim Wellens (Lotto-Soudal). Le regroupement général s'est produit à 26 kilomètres de l'arrivée. Des nombreuses tentatives de sorties de la finale, seule celle de Ood Christian Eiking, à 4 kilomètres du but, a réussi. Le Norvégien a franchi la ligne d'arrivée en solitaire alors que Tim Wellens, qui a contrôlé les événements, a conservé son maillot jaune de leader du classement général.

La 4e étape du Tour de Wallonie sera disputée mardi 31 juillet entre Malmedy et Herstal sur la distance de 161,4 kilomètres.



Tim Wellens: "Je ne céderai pas facilement mon maillot jaune"

Tim Wellens s'est classé 8e lundi. Il a conservé son maillot jaune de leader qu'il veut défendre crânement avec son équipe Lotto-Soudal très attentive depuis le début de l'épreuve wallonne.

La 3e étape du Tour de Wallonie, pimentée avec 6 difficultés, n'a pas été facile. Tim Wellens et ses équipiers ont néanmoins géré les événements, les attaques des coureurs de Quick Step Floors, deuxièmes du classement avec Pieter Serry. Malgré une chaleur qu'il n'apprécie généralement pas, Wellens a donc maîtrisé son sujet.

"Ce fut une course très dure, la dernière côte a très raide, comme Maxime Monfort l'avait annoncé, mais les jambes tournent bien malgré la chaleur, même si je préférerais 15 degrés au lieu des 30", a indiqué Tim Wellens. "Nous avons très bien contrôlé l'échappée initiale. Le peloton est revenu sur les deux hommes de tête après leur incident à la mi-course. Je me suis alors arrêté pour une pose sanitaire et j'ai vu Kenny Dehaes attaquer, ce qui n'est pas très gentil. Ca a ensuite roulé très vite mais les Lotto-Soudal ont très bien maîtrisé".

Comme il l'avait prévu dimanche soir, Tim Wellens a, à nouveau, été attaqué à maintes reprises par les coureurs de l'équipe Quick-Step Floors dans la finale. "J'ai répondu à toutes les attaques. J'ai été un peu tassé dans le sprint et je n'ai pas pu m'exprimer pour une place. Mais les sensations ont été très bonnes et je garde le maillot jaune. J'aurais certes aimé prendre un peu plus d'avance en gagnant l'étape de La Roche mais je ne peux pas trop demander".

Tim Wellens possède 4 secondes d'avance sur Pieter Serry (Quick-Step Floors) à deux étapes de la fin du Tour de Wallonie. "J'aurais certes aimé avoir un eu plus d'avance, mais il n'est pas facile de prendre du temps au Tour de Wallonie. Il n'est pas facile de prendre de l'avance ni de refaire son retard. C'est donc un statu quo".

La 4e étape se terminera à Herstal mardi. "Je connais bien les routes, c'est à 35 kilomètres de chez moi à Saint-Trond. L'étape ne sera pas facile, mes adversaires essaieront de prendre mon maillot mais je le trouve très beau et je ne vais pas le céder".