Cyclisme

Les autorités espagnoles ont été condamnées à payer près de 725.000 euros de dommages et intérêts à Roberto Heras, déclaré positif à tort lors d'un contrôle anti-dopage en 2005 et suspendu deux ans. La haute cour de justice de Barcelone a donné raison lundi à l'ancien coureur espagnol, rejetant l'appel des autorités espagnoles.

Roberto Heras avait été contrôlé positif à l'EPO lors d'un ré-examen, en 2011, des échantillons du Tour d'Espagne 2005 et suspendu deux ans par la fédération cycliste espagnole, qui lui a également retiré sa victoire à la Vuelta. La justice espagnole avait déclaré en 2012 que les conditions de conservation des échantillons à l'origine de l'analyse positive n'avaient pas été conformes. Le contrôle avait alors été déclaré négatif et sa victoire rendue au Tour d'Espagne (sa 4e dès lors).

Roberto Heras, 43 ans, avait réclamé un million d'euros de dommages et intérêts. La cour lui en a octroyé 735.000 euros, soit la moitié de son salaire lors de sa dernière année en activité.

Chez Kelme entre 1997 et 2000, Roberto Heras, ancien coéquipier de Lance Armstrong à l'US Postal entre 2001 et 2003 (passant ensuite chez Liberty Seguros), a remporté la Vuelta en 2000, 2003, 2004 et 2005.