Cyclisme

Le Néerlandais admet avoir eu recours à l'EPO, à la cortisone et aux transfusions


BRUXELLES Le Néerlandais Michael Boogerd a reconnu s'être dopé durant sa carrière de coureur cycliste. L'ancien leader de l'équipe Rabobank donnera plus de détails sur ses aveux mercredi soir lors d'un interview qu'il a accordé à la NOS, la chaîne publique néerlandaise.

Boogerd, âgé de 40 ans, a avoué avoir eu recours à l'EPO, à des transfusions de sang et à de la cortisone, depuis 1997 jusqu'à la fin de sa carrière en 2007. Il a aussi reconnu que le plus beau de ses succès, une chevauchée victorieuse vers La Plagne dans le Tour de France 2002, avait été acquise grâce au dopage.

"Je peux comprendre qu'aux yeux de public cette victoire soit peut-être désormais entachée de tricherie", a déclaré Boogerd, dont l'interview sera diffusé mercredi à 19h00 sur la chaîne NOS1.

La semaine dernière, la presse néerlandaise avait dévoilé que Boogerd avait payé au cours de sa carrière près de 17.000 euros au dealer de dopage autrichien Stefan Matschiner.

Le journal NRC Handelsblad avait publié quatre factures et deux extraits de banque de Matschiner. Celui-ci avait confirmé au quotidien qu'il avait soumis en 2006 et 2007 à Boogerd un montant de 16.940 euros que le coureur néerlandais avait payé.

© La Dernière Heure 2013