Monfort : “Je veux faire encore mieux à la Vuelta”

Quentin Finné Publié le - Mis à jour le

Cyclisme

Sixième du dernier Tour d’Espagne, Maxime Monfort est ambitieux à l’aube de la nouvelle saison

CALPE Attablé au bar de l’hôtel Diamante Beach de Calpe en compagnie de Fabian Cancellara et d’Andreas Klöden, Maxime Monfort se délecte du traditionnel café d’après repas. Tout au long du premier stage de la nouvelle équipe RadioShack-Nissan-Trek, début décembre sur la Costa Blanca, le Nadrinois a accordé un soin tout particulier à la découverte de ses nouveaux équipiers. C’est que le mariage des armadas Léopard et RadioShack a amené son lot de nouveaux visages.

“Cette situation est très particulière car je n’ai ni l’impression d’être dans une nouvelle équipe ni le sentiment d’appartenir au même collectif que l’année dernière”, sourit le vainqueur du Tour de Bavière 2010.

Venu rejoindre les frères Schleck dans le projet luxembourgeois Léopard l’hiver dernier, Monfort était loin d’imaginer le scénario de la fusion actuelle. “Quand le bruit de ce mariage a filtré sur la Vuelta, je n’y croyais tout simplement pas. Cela me semblait trop gros pour pouvoir être vrai et ne pouvait donc constituer, à mes yeux, qu’une énième rumeur. Mais quelques jours plus tard, lors de l’officialisation de ce rapprochement, je l’ai admis avec un peu plus de recul. Les choses avaient, il est vrai, été claires depuis le départ et la porte était toujours restée ouverte à un sponsor éventuel.”

Sauf qu’avec l’arrivée de RadioShack, ce sont aussi quelques renforts de poids (Klöden, Zubeldia, Horner...) qui sont venus grossir les rangs. “Le seul point négatif de ce nouveau bloc, et je ne sais même pas si l’on peut parler en ces termes, c’est l’extrême concurrence interne qui risque d’y régner. Le noyau est très, très solide et il faudra faire ses preuves pour se glisser en bonne place dans la hiérarchie. J’ai reçu certains apaisements au sujet de ma sélection pour le Tour de France, mais il est vrai que si l’on couche les noms qui peuvent prétendre à une place pour la Grande Boucle, cela donne le vertige...”

S’il devrait donc épauler Andy Schleck dans la conquête du maillot jaune en juillet prochain, Maxime Monfort semble également avoir le regard tourné plus au Sud. Sixième du dernier Tour d’Espagne, le Nadrinois s’est découvert des ambitions de leader.

“Je veux faire encore mieux sur la prochaine Vuelta et crois très sincèrement que j’en suis capable. Je devrai sans doute, pour cela, faire l’impasse sur les Jeux Olympiques afin de m’accorder une plus longue plage de décontraction après le Tour. Mon bon classement 2011 m’a insufflé une précieuse dose de confiance et je pense avoir gagné en expérience sur une course de trois semaines où, pour la première fois, j’ai vraiment assumé le statut de coureur numéro un dans l’équipe. Cet apprentissage sera précieux en vue de cette nouvelle saison durant laquelle je suis bien décidé à prendre mes responsabilités.”



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner