Cyclisme

Peter Sagan a décroché un troisième titre mondial de rang, dimanche, à Bergen. Une performance inédite dans l'histoire du cyclisme.

"Ce n'était pas facile", a déclaré Sagan dans sa première réaction tout de suite après la course. "Dans les cinq derniers kilomètres, je pensais que c'était fini, que les échappés étaient partis. Mais tout a changé quand j'ai essayé d'attaquer et que Gaviria a essayé de boucher le trou. A la fin, c'était quand même un sprint. Incroyable."

"Je suis désolé pour Kristoff qui courrait à domicile, mais je suis heureux de gagner à nouveau. C'est incroyable", a ajouté le Slovaque. Avec son troisième titre de suite, il réussit un exploit jamais réalisé dans le cyclisme. "Bien sûr, c'est quelque chose de spécial. Cela ne change rien pour moi, mais c'est une belle sensation. C'est une belle manière de terminer la saison."

Sagan est resté prudent dans les jours précédant la course. "C'était difficile de prévoir ce qui allait se passer. Sur l'ascension finale, le groupe a éclaté en trois morceaux. Les coureurs derrière nous nous ont rejoints, et devant, il y avait une échappée. Finalement, c'était une question de secondes. Tu ne peux pas le prévoir. Si quelqu'un était plus fort devant, il aurait pu rester jusqu'au bout."

"Je dois remercier mes équipiers de l'équipe nationale et les amis que j'ai encore dans le peloton (rire). Je veux dédier ce titre en premier lieu à Michele Scarponi (décédé accidentellement en avril dernier, Ndlr), qui aurait dû avoir son anniversaire demain. Je souhaite le meilleur à sa famille. Et je le dédie aussi à mon épouse, qui est enceinte."


Une "occasion manquée" pour Alexander Kristoff

Alexander Kristoff a bien cru décrocher le titre mondial chez lui, en Norvège. Mais il a été devancé sur le fil par Peter Sagan et a dû se contenter de la deuxième place. "Je la verrai toujours comme une occasion manquée", a confié Kristoff.

"J'avais les jambes pour gagner, mais Sagan était hélas encore un peu plus rapide. J'ai fait mon maximum. C'est difficile de battre Sagan, il a gagné beaucoup de courses de ce genre. Je ne vois pas ce que j'aurais pu faire de plus. Il était peut-être un peu plus frais à la fin. C'est un phénomène et je suis le premier du reste du peloton, mais cela ne compte pas. Cela aurait pu être la plus grande victoire de ma carrière, devant mon public, donc je suis déçu. L'argent, ce n'est pas mauvais. Mais la gloire est pour le vainqueur."

Michael Matthews a décroché le bronze. "Je regrette d'avoir fait autant d'efforts dans la dernière montée. Je ne savais pas que l'on serait si nombreux dans le sprint et j'ai gaspillé beaucoup d'énergie. J'aurais dû faire comme Sagan et Kristoff", a résumé l'Australien.

L'Italien Matteo Trentin a échoué au pied du podium. "Quatrième, c'est la mauvaise place. Parce que toute l'équipe a parfaitement couru", a déclaré Trentin. "Dans la dernière montée, je savais que je ne pouvais pas suivre les attaques. A mi-pente, j'ai rejoint le groupe de Van Avermaet et j'ai pensé que les Belges rouleraient mais le groupe est revenu. Colbrelli nous avait dit être à la limite à deux tours de la fin et il a travaillé pour revenir. Bettiol a été exceptionnel pour me placer avant le sprint, Moscon a été magnifique. Nous aurions mérité plus."