Cyclisme Pour nos compatriotes, le prochain Tour devrait ressembler aux derniers.

Il y avait trois équipes belges au départ du Tour, cette année. Combien seront-elles l’an prochain ? Deux d’entre elles, Quick Step Floors et Lotto-Soudal seront au départ à Noirmoutier, mais quid de Wanty-Groupe Gobert ?

"J’espère que nous obtiendrons encore une invitation, affirmait ce mardi Jean-François Bourlart, le manager de la formation procontinentale wallonne. Nous avons montré cette année que nous pouvions participer à un grand Tour, que l’on peut obtenir des résultats, que l’on peut animer la course et finir au complet. Il y a une nouvelle équipe française en plus (NdlR : Vital Concept, la formation de Jérôme Pineau), mais cette année aussi, Delko Marseille n’a pas été invitée. ASO a souvent préféré attendre un peu avant de mettre une équipe sans expérience sur le Tour, ça a été le cas avec Bretagne, avec Bora, avec nous…"

Le Hennuyer est satisfait du tracé dévoilé ce mardi.

"C’est un parcours dur qui peut nous convenir, dit-il. Avec Timothy Dupont (NdlR : futur transfert), on a quand même un sprinter qui peut faire des classements; on arrive à Roubaix et on a quand même quelques coureurs dans l’équipe qui aiment les pavés; et, ensuite, dans la montagne, on a Guillaume Martin, qui a élevé son niveau avec sa première participation au Tour et sa fin de saison. Nous avons renforcé l’équipe autour de lui avec Bart De Clercq et le jeune Norvégien Eiking."

Dans les deux autres formations belges, on visera évidemment prioritairement les étapes. Ce que confirme le directeur sportif de Quick Step Floors, Wilfried Peeters : "Jungels sera là pour le classement, mais avec Fernando Gaviria, qui effectuera ses débuts, nous aurons peut-être huit chances. Il y a aussi Julien Alaphilippe dans des étapes vallonnées."

Dans le même registre, Greg Van Avermaet pourra sans doute jouer sa carte en quelques occasions, même si Richie Porte sera évidemment l’incontestable leader chez BMC.

"Il y a quelques occasions pour Greg, affirmait Valerio Piva, son directeur sportif. L’étape de Quimper, celle de Mûr de Bretagne peut-être, bien sûr celle des pavés, mais il devra d’abord travailler pour Porte. Pour Richie, j’espère qu’il fera sec, on attendait un peu moins de pavés que les quinze secteurs annoncés, trois, quatre. Il faudra être bien dès le départ, le troisième jour, il y aura le chrono par équipes dont nous serons favoris, mais la fin sera très dure aussi."

Chez Lotto-Soudal, enfin, Marc Sergeant est satisfait.

"C’est un parcours osé, affirme le Brabançon. Il y a de nombreuses chances pour les sprinters. La première partie du Tour sera nerveuse, surtout s’il y a du vent, la dernière très dure. Nous compterons sur André Greipel, mais aussi sur Thomas De Gendt, qui va trouver un parcours avec des possibilités offensives, et Tiesj Benoot. Pour Tim Wellens, en revanche, je crois que même si ce parcours lui avait convenu, il ferait l’impasse. Tant qu’on n’a pas trouvé une solution pour ses problèmes de chaleur, c’est sans doute mieux."