Cyclisme Le champion du monde ne fera pas toutes les classiques flamandes.

Peter Sagan va modifier son approche des classiques du printemps cette année. Le triple champion du monde veut remporter un monument cette saison. Ce qu’il n’était pas parvenu à faire l’an passé. De monument, il n’en a finalement gagné qu’un seul jusqu’à présent : le Tour des Flandres, en 2016. Il avait échoué de très peu, l’an passé, à Milan Sanremo, finissant deuxième dans ce sprint d’anthologie face à Michal Kwiatkowski (et il avait été surpris en 2013 par Gérald Ciolek, dans la fameuse édition de la Classicisima enneigée).

Il s’est aussi classé une fois deuxième, en 2013, du Tour des Flandres, sur lequel il était tombé l’an passé dans l’incroyable chute du Vieux Quaremont, tandis que Paris-Roubaix ne lui a jusqu’à présent jamais réussi. Le Slovaque a décidé de partir à l’assaut de ces monuments avec plus de fraîcheur. Il fera donc l’impasse sur le week-end d’ouverture, en Belgique. Sur lequel il avait toujours été très présent ces deux dernières années, se classant deux fois deuxième du Circuit Het Nieuwsblad (à chaque fois derrière sa bête noire Greg Van Avermaet) ou en remportant Kuurne-Bruxelles-Kuurne l’an passé.

Le triple champion du monde ne devrait pas non plus être au départ d’A Travers la Flandre, malgré le déplacement de cette classique le mercredi qui précède le Ronde. Par contre, il devrait être à nouveau au Grand Prix de l’E3 et à Gand-Wevelgem, deux épreuves sur lesquelles il a ses habitudes (victoire à l’E3 en 2014, deuxième en 2013 et 2016, et succès en 2016 et 2013 à Gand-Wevelgem, où il a aussi fini une fois deuxième et trois fois troisième).

Il n’est pas encore certain qu’il soit au Grand Prix de l’Escaut, juste avant Paris-Roubaix.