Cyclisme

Serge Borlée, ancien bodyguard d'Armstrong, devrait rester aux côtés de l'Australien en 2009

BRUXELLES Serge Borlée, c'est un visage connu du Tour de France. Si cela fait plus de vingt ans qu'il est dans le vélo, après des débuts comme soigneur (il est passé par Histor-Sigma, Motorola, Telekom, l'US Postal...), c'est à partir de 2002 que son visage est apparu en juillet, jamais très éloigné du maillot jaune et des podiums de la Grande Boucle.

À la suite des attentats du 11 septembre, l'Américain dont tous les journaux parlent, Lance Armstrong, voulait plus de sécurité autour de sa propre personne, aux départs et aux arrivées des étapes du Tour de France.

Il contacte alors Serge Borlée, qui remplit ce rôle de garde du corps. À savoir véhiculer son protégé dans la foule du Tour, le prémunir des tapes dans le dos du public, des sollicitations, mais aussi repérer les lieux pour lui faire gagner un temps précieux (qui peut représenter l'équivalent d'une demi-journée de repos sur un Grand Tour !). Mais Lance Armstrong revient en 2009. Que va faire son ancien bodyguard, qui a, depuis la fin de carrière de l'Américain en 2005, offert ses services à Jan Ullrich, Alexandre Vinokourov et, depuis cette année, à Cadel Evans ?

Retourner chez Armstrong ou rester auprès de l'Australien de Silence-Lotto, qui rêve toujours de remporter le maillot jaune ?

"Pour le moment, la question ne se pose pas , clame haut et fort Serge Borlée, âgé de 50 ans. Je reste avec Cadel Evans et je travaillerai pour Silence-Lotto l'an prochain. Pour l'heure, Lance ne m'a pas pas contacté. Maintenant, on ne sait jamais ce qui peut se passer. Je suis le seul à réaliser ce boulot, à avoir de l'expérience dans ce domaine. Sur le Tour, on ne peut pas improviser. Et si Lance veut à nouveau quelqu'un, je dis bonne chance à celui qui accomplira le boulot ! Mais aux dernières nouvelles, je resterai chez Silence-Lotto."

Surpris par l'annonce du come-back de son ancien client, Serge Borlée sait que si Lance Armstrong prend le départ, en juillet, ce ne sera pas pour faire de la figuration.

"Connaissant son caractère, ce sera au moins pour un podium" , termine le Bruxellois.



© La Dernière Heure 2008