Cyclisme

Gert Steegmans, lui, ne veut pas qu'on touche à sa vie privée !

envoyé spécial en russie philippe van holle

MOSCOU C'est dans l'avion privé nous emmenant à Moscou que Gert Steegmans est venu spontanément s'asseoir à côté de nous afin d'avoir un entretien à bâtons rompus. Une interview de vingt minutes qui s'est transformée en discussion très ouverte de plus de deux heures...

Gert, quand avez-vous eu votre premier contact avec Katioucha ?

"Lors du dernier Tour de Suisse, à la mi-juin. Tout s'est passé très vite. J'ai mis Patrick Lefevere au courant, car je voulais que les choses se passent correctement. Au départ, je n'avais pas très envie de changer d'air. Mais Quick Step ne m'a pas fait de nouvelle proposition. Au Tour de Suisse, mon manager m'a averti que sept équipes voulaient m'engager, dont Katioucha, qui m'offrait un très beau contrat et qui était alors déjà en négociations avec Pozzato et McEwen."

Est-il vrai que l'offre financière était telle qu'il était impossible de la refuser ?

"Elle était très tentante, mais il n'y avait pas que ça. Le fait d'avoir un projet à long terme, avec une équipe certes russe mais à vocation internationale, quelques équipiers belges et un beau programme de courses m'a séduit."

La nouvelle de votre transfert est arrivée en plein Tour de France. Pas l'idéal...

"C'est vrai, et je n'ai d'ailleurs pas du tout apprécié cette fuite, qui ne pouvait venir que de deux personnes, de mon manager ou de celui de Quick Step... En plus Katioucha aurait préféré garder la nouvelle encore secrète pour quelque temps. Heureusement, mes équipiers, que j'ai tout de suite réunis pour leur expliquer ma décision, me sont restés fidèles pendant tout le Tour. Et ça a payé, puisque j'ai gagné à Paris !"

Cette année, Boonen va redevenir un adversaire...

"Entre nous, rien ne va changer. Tom Boonen demeurera toujours pour moi un mec sympa. Simplement, en course, on luttera l'un contre l'autre. Je devrai le battre pour gagner. Certes, je le connais mieux que personne, mais tous les coureurs du peloton savent ce dont il est capable, et ce dont il n'est pas capable. Il reste difficile à battre."

Ce statut de superstar présente aussi ses mauvais côtés...

"Boonen n'a pas beaucoup de secrets, il est si médiatisé... Parfois je suis gêné à sa place tant il est pousuivi jusque dans sa vie privée. Avec sa fiancée Lore, par exemple, il n'a pas une minute de tranquillité. Les médias sont toujours derrière eux. On parle de Tom en ouverture de journal, avant la politique ou un autre sujet sérieux. Je trouve ça très con. Moi aussi, ma vie a changé depuis ma victoire aux Champs Elysées, mais pas à ce point quand même. Pour ma part, je tente de bloquer toute ingérance dans ma vie privée, même si tout le monde peut savoir que j'ai une nouvelle petite amie française. Je n'en dirai pas davantage..."



© La Dernière Heure 2008