Cyclisme

Tiesj Benoot (Lotto-Soudal) disputera dimanche Liège-Bastogne-Liège pour la première fois avec les professionnels. Mercredi, il s'est mis au service de son équipe (52e) à La Flèche Wallonne qu'il découvrait également. Il ne nourrit aucune crainte particulière quant à sa découverte de La Doyenne.

Aucune crainte et l'esprit serein: c'est ce qui caractérisait Tiesj Benoot samedi sur la Place Saint-Lambert à Liège où s'est déroulée la présentation des équipes qui disputeront dimanche la 104e édition de Liège-Bastogne-Liège.

"Je n'ai aucun stress par rapport à La Doyenne des classiques", a indiqué le coureur de Lotto-Soudal, entre autres vainqueur, cette saison, des Strade Bianche, 4e et meilleur jeune des Tirreno Adriatico et 3e de la Flèche Brabançonne. "J'ai connu une très belle campagne de classiques. Je n'ai pas de pression pour dimanche. Avec Wellens et Vanendert, nous sommes trois pour faire la finale de dimanche. J'ai disputé deux fois Liège-Bastogne-Liège chez les espoirs (U23), c'est certes plus court et différent, mais je connais donc un peu. J'ai aussi senti à Tirreno et aux Strade Bianche que j'ai de bonnes jambes et, quand c'est le cas, je peux être fort dans les côtes".

Pour Benoot, les rôles au sein de l'équipe Lotto seront fixés en course. "Sur une course aussi longue, on finit toujours par voir qui est le plus fort dans l'équipe. Mercredi, Jelle Vanendert et Tim Wellens étaient les plus costauds et je me suis naturellement mis à leur service. Je ferai peut-être encore la même chose dimanche à Liège. Notre équipe, comme à la Flèche, reste décidée à maîtriser la course. Sans chute ou crevaison, je pense que nous serons trois dans la finale. Après la Redoute, on peut décider de la suite de la course. J'espère que mes jambes seront au rendez-vous, ce qui serait beau".