Cyclisme

Le jeune Slovène Matej Mohoric (Bahrain-Merida) a remporté dimanche à Stuttgart le Tour d'Allemagne, qui marquait le grand retour d'une course à étapes dans ce pays qui a boudé le cyclisme depuis une décennie en raison des affaires de dopage.

Le coureur de 23 ans devance au classement général deux Allemands, Nils Politt (à 6 sec) vainqueur de la quatrième et dernière étape à Stuttgart et Maximilian Schachmann, à 12 secondes.

Au delà du résultat, c'est l'ambiance et le succès populaire de l'épreuve qui ont retenu l'attention des passionnés allemands de cyclisme. "C'est incroyable le nombre de spectateurs, c'est grandiose. Le vélo n'est absolument pas mort en Allemagne", s'est félicité Schachmann, qui comme tous ses compatriotes du peloton souffre de la désaffection de son pays pour son sport.

La dernière édition du Tour d'Allemagne s'était courue en 2008, puis la course avait disparu faute de sponsors et de soutien des médias. Rachetée par ASO, l'organisateur du Tour de France, elle est donc repartie sur une base modeste de quatre étapes, mais son directeur Claude Rach estimait dimanche que l'essai avait été transformé: "L'atmosphère est bonne, les performances sont bonnes, y compris celle des coureurs allemands, ça nous encourage pour l'avenir".

Les promoteurs ont été bien aidés par la venue de plusieurs cadors du peloton, dont le vainqueur du Tour de France Geraint Thomas, son dauphin Tom Dumoulin ou encore Romain Bardet, qui ont fait l'impasse sur la Vuelta et ont donné un éclairage médiatique à l'épreuve.

Si Thomas s'est montré à court de forme, Dumoulin et Bardet ont été des animateurs en vue, aux avant-postes lors des deux dernières étapes accidentées et qui se prêtaient bien à des attaques de grimpeurs-puncheurs.

L'Allemagne s'était brutalement détournée du cyclisme à la fin des années 2000, écoeurée par les révélations en cascade sur les cas de dopage. En 2007, la télévision publique avait même décidé de ne plus retransmettre le Tour de France. Après un retour et un nouveau boycottage à partir de 2012, ARD, la première chaîne, n'y reviendra définitivement qu'en 2015.

Et si en 2001, l'Allemagne organisait encore 20 courses professionnelles, il n'en reste plus que six aujourd'hui, dont seulement deux estampillées WorldTour. L'épreuve la plus prestigieuse reste la Cyclassics d'Hambourg, course d'un jour programmée en août.