Cyclisme

Alexander Kristoff (Katusha-Alpecin) a enlevé vendredi la 4e étape du Tour d'Oman (2.HC), s'imposant au sprint devant l'Italien Sonny Colbrelli (Bahrein-Merida) et Greg Van Avermaet (BMC).

"Je ne m'attendais pas à gagner", a déclaré le Norvégien après la course. "J'ai dû laisser partir les meilleurs grimpeurs dans la bosse finale, mais contrairement à l'année passée, j'ai ensuite pu revenir avec l'aide de mes coéquipiers, disputer le sprint et conclure pour l'équipe. C'est super".

"Rein Taaramäe, Marco Haller et Reto Hollenstein ont fait un boulot incroyable", poursuit Kristoff. "Je dois bien avouer que la météo a joué en notre faveur, avec un vent contraire dans la dernière bosse. Les écarts n'étaient donc pas très grands. L'étape de samedi sera difficile, mais je tenterai de nouveau ma chance dimanche".

Kristoff s'est adjugé un second bouquet à Oman, après son succès dans la 1e étape mardi. De bon augure à une semaine du Circuit Het Nieuwsblad, dont il se défend pourtant d'être un des favoris. "Je ne suis jamais bon dans la classique d'ouverture", dit-il. "Cette victoire d'étape n'y changera rien. Je ne suis pas plus fort que l'année dernière. J'avais alors le même retard sur le groupe de tête dans la dernière côté, mais pas de coéquipiers pour me ramener. Aujourd'hui oui, c'est la différence. Ma condition est la même qu'il y a un an. Je ne suis pas le grand favori du Nieuwsblad. Nous pouvons jouer la carte d'autres coureurs dans l'équipe, comme Baptiste Planckaert ou Tony Martin. Il n'y a pas que moi, nous avons plusieurs atouts".