Tour de France

Armstrong, le grand gagnant de la journée, jubilait à l'arrivée; le jaune est en vue aujourd'hui...

envoyé spécial en FRANCE Philippe Van Holle

LA GRANDE MOTTE "Pourquoi Contador n'était pas dans la bordure ? Je ne sais pas, mais ce n'est pas mon problème. Il ne fallait quand même pas avoir une boule de cristal pour savoir qu'on devait faire la course à l'avant avec ce vent changeant."

Vous l'aurez compris, c'est Lance Armstrong qui s'exprimait de la sorte, sur un ton presque jubilatoire alors qu'on venait de vivre une finale d'étape à rebondissements absolument passionnante.

"Écoutez, très franchement, la course se disputait en plaine, très exposée au vent et qui plus est, le plus souvent en bord de mer. Il était clair que des bordures allaient se former. Ces derniers jours, je n'ai pas voulu entrer dans la polémique qui veut qu'on soit opposé, Alberto (Contador) et moi. Alberto est sans conteste un bon coureur, mais j'ai gagné le Tour 7 fois et j'ai droit moi aussi à un peu de crédit, non ? Et quand on a gagné le Tour 7 fois, on peut aussi décider de rouler dans une bordure !

S'il n'a pas collaboré directement, il a pris des relais par la suite. "Au début, nous avons laissé les Columbia faire tout le boulot et, à la fin, ils commençaient à être légèrement frustrés. Le peloton a failli revenir (il est revenu à 18 secondes) puis l'écart a recommencé à grandir. C'est à ce moment que j'ai décidé avec Johan (Bruyneel) de faire rouler Popovych et Zubeldia. En plus, tout le monde a l'air de faire passer les Columbia pour des pirates, mais cette action n'avait rien d'une embuscade. Les Columbia faisaient déjà le forcing pour revenir sur les 4 échappés lorsque le vent a changé, ils ont tout simplement accéléré encore en voyant les dégâts qui se produisaient derrière eux."

Armstrong était le seul des favoris de ce Tour à se trouver en bonne position au moment où la course s'est jouée. "C'est l'expérience, un bon positionnement et un peu de chance" , concluait le Texan. "Ceci dit, un peu avant le fameux virage sur la droite, j'avais remonté d'une vingtaine de places vers la tête du peloton."

Ce n'est pas à ce vieux singe qu'on apprend à faire des grimaces...



© La Dernière Heure 2009