Tour de France

BOURG-EN-BRESSE "Je pense que Cadel n'a jamais été aussi bien que pour le moment , explique Mario Aerts. Il est vraiment au sommet, tranquille et concentré sur son but. Depuis Londres, il a roulé pendant une semaine, aux avant-postes du peloton, pour éviter les chutes et les cassures. C'est Dario (Cioni) et moi qui devions l'accompagner le plus souvent ."

Le Brabançon était, il y a deux semaines, sur les pentes du Stelvio avec son leader, Cioni et Van Summeren. "On a bien travaillé mais pas trop, ce n'était plus le moment" , dit l'ancien vainqueur de la Flèche Wallonne. "Des sorties de cinq heures maximum dans les cols. Nous avons surtout cherché à récupérer, à travailler professionnellement. Dormir les deux premiers jours à 2.700 m d'alti- tude a été dur, c'est comme si on avait une pierre sur le thorax; après, cela va mieux. "

Dès aujourd'hui, sur la route du Grand-Bornand, l'Australien espère tirer le bénéfice de toute sa préparation. "En montagne, Van Summeren, puis Cioni, Horner et moi devons rester le plus longtemps possible à ses côtés" , poursuit Mario Aerts. "Horner est le seul qui n'a pas dû travailler dans la plaine, c'est lui qui doit normalement rester avec Cadel le plus tard. La malchance des Astana va peut-être totalement bouleverser les choses, nous en avons parlé mais Cadel refuse de discuter des heures de ce genre de chose. "

Le coureur de Predictor est prêt à prendre ses responsabilités lors des deux semaines à venir. "Je n'ai aucune ambition personnelle , dit-il. Ni pour le classement ni pour une étape. Mon rêve est de devoir travailler pour le maillot jaune. Je sais que ce serait dur mais, dans ces cas- là, tout le monde prend des pour cent. On espère tous cela dans l'équi- pe."



© La Dernière Heure 2007