Tour de France Pour Alberto Contador, les Movistar peuvent encore tout bouleverser vendredi.

Alberto Contador était présent à l’arrivée de la 17e étape, une étape qu’il aurait certainement aimé disputer quand il était coureur. L’Espagnol a donné son avis sur une journée qui restera déterminante pour le résultat final du Tour. "Il s’est en effet confirmé que Geraint Thomas est le plus fort du Tour et chez Sky", a expliqué le Madrilène. "Jusqu’ici, on pouvait avoir des doutes et même lorsque Froome avait été lâché, comme souvent, il revenait, mais pas cette fois. Il a dû lâcher prise, il n’avait pas récupéré. Désormais, Geraint Thomas a fait un grand pas en avant pour établir son autorité au sein de la Sky mais aussi pour enlever le Tour."

Contador n’a pas d’explication affirmée à propos de ce passage de témoin. "On n’attendait pas cette situation il y a quelques jours encore, mais Thomas est vraiment très fort", assure El Pistolero. "Je ne sais pas si Froome paie les efforts consentis au Giro ou pas. Il a perdu pas mal de temps et Roglic le menace désormais. Le Slovène termine très fort ce Tour et peut compliquer la situation pour Froome car un podium, c’est toujours important au Tour."

Si Geraint Thomas semble bien parti, le double vainqueur du Tour mais aussi du Giro et le triple lauréat de la Vuelta veut encore lui voir passer un dernier examen. "Pour moi, le grand défi de Thomas, c’est que dès demain (ce jeudi), il va devoir supporter tout le poids des responsabilités et du leadership de la Sky sur ses épaules" , dit Contador. "Jusqu’ici le vrai leader, c’était Chris et il pouvait s’abriter derrière cela. L’aspect psychologique compte beaucoup. Prenez le Giro, Simon Yates dominait tout, il semblait avoir gagné la course et il a craqué, et il a tout perdu. C’est la différence entre ceux qui peuvent ou pas gagner les grands Tours. Pour Thomas, il reste un jour difficile, vendredi. S’il le passe, ce sera gagné et ce sera aussi intéressant pour l’avenir."

Dans la dernière étape de montagne, le champion espagnol attend encore la réaction de certains. "Les Movistar, c’est sûr, vont attaquer vendredi. Ils n’ont rien à perdre, au contraire" , affirme-t-il. "Landa n’a pas encore pu se mettre en évidence, il va le faire. Ils vont courir pour gagner une deuxième étape et ça peut bouleverser la course. L’étape est longue avec beaucoup de cols, si on perd du temps, ce ne sera pas des secondes mais des minutes. Ils étaient venus pour gagner le Tour, mais avec trois leaders, ce qui crée toujours des conflits, de l’incertitude. Ils sont trois dans le Top 10 mais ils peuvent au mieux espérer le podium. Dumoulin et Roglic, eux, vont attendre plus, rester avec les Sky, ne pas tout risquer de loin.".