Tour de France Le Colombien pointe ce soir à la 7e place du classement général.

Petit à petit, Rigoberto Uran tisse sa toile dans le top 10. A Mûr-de-Bretagne, il a concédé 8 secondes sur les autres favoris tels Porte, Quintana ou Landa. Cependant, le classement général ce jeudi soir est clair: à part Geraint Thomas (qui deviendra peut-être leader de son équipe si Froome se plante), aucun des favoris à la victoire finale ne le devance.

Il possède 8 secondes d'avance sur Porte, 10 sur Landa, 17 sur Froome et Yates, 18 sur Dumoulin, 1 minute sur Bardet ou encore 1'25 sur Quintana. Le deuxième du Tour de France 2017 avance dans la discrétion et c'est peut-être la son plus grand avantage. "Rigo est un coureur discret et c'est ainsi qu'il peut surprendre le mieux, expliquait il y a quelques jours Charly Wegelius, son directeur sportif, à nos confrères de L'Equipe. "Je suis sûr que peu de gens se souviennent qu'il a terminé deuxième du Tour l'an dernier. Je peux simplement vous dire qu'il est en forme, peut-être bien plus que l'an passé. Bien sûr, il ne faut pas s'emballer mais je pense qu'il peut faire de grandes choses. Il n'est pas encore arrivé sur son terrain et il est maintenant parfaitement placé au général."

Il faudra analyser ses performances au soir de l'étape des pavés mais s'il est dans le bon coup ce jour-là, alors il faudrait en faire un concurrent sérieux pour la victoire finale. Véritable sang-sue en montagne (ce qui peut le rendre peu attachant aux yeux du public), il est tout à fait capable de limiter la casse en contre-la-montre. "Je ne sais pas si Rigo connaît le mot stress, nous racontait Lefevere à son propos il y a douze mois. Chez Quick-Step durant deux saisons, il y a failli remporter le Giro en 2014, simplement battu par un Quintana plus malin. "Il est d’une nature tellement zen que c’est lui qui calmait le plus souvent notre directeur sportif Davide Bramati en course (sourire)."