Tour de France

A l'occasion de Stade 2, l'émission sportive de France Télévisions, Pierre Rolland a présenté ses excuses après avoir attaqué pendant que de nombreux coureurs subissaient des crevaisons


FOIX Nouvelle polémique sur les routes du Tour ! Cette fois, la Team Sky est épargnée puisque c'est X, comprenez l' (ou les) individu totalement stupide (s) qui a (ont) semé des punaises dans la descente du dernier col qui est (sont) ciblé(s).

Fort heureusement, les onze échappés qui jouaient la gagne sont passés au travers alors que le peloton qui ne jouait plus rien dans l'étape, subissait des crevaisons en série. Kiserlovki chutait toutefois lourdement et devait abandonner mais il est difficile, à l'heure actuelle, d'affirmer que sa chute est liée à une crevaison. Pour le reste, aucune conséquence puisque les trois crevaisons de Cadel Evans ne l'ont pas empêché de finir dans le même temps que les autres favoris du Tour, grâce au fair-play de la Team Sky.

Mais alors que les équipiers de Bradley Wiggins se relevaient pour attendre leur concurrent, un coureur passait à l'offensive : Pierre Rolland. De nombreux téléspectateurs et même commentateurs, à chaud, s'empressaient de décrier l'attitude du Français ! Finalement repris après une poursuite des Lotto et des Liquigas (qui se relevaient ensuite pour attendre Evans), le leader d'Europcar subissait les reproches de ses adversaires.

Une heure après la course, lors de l'émission sportive "Stade 2" de France Télévision, Pierre Rolland avouait ne rien savoir de la foire aux crevaisons qui se déroulait derrière lui alors qu'il menait son offensive. Il a précisé ne "pas être du style à attaquer des coureurs qui subissent des ennuis mécaniques", avant d'ajouter : "cela me chagrine qu'on me le reproche, ce n'est pas mon genre. J'avais aujourd'hui pour objectif de reprendre du temps et je suis passé à l'action comme prévu. Je ne savais pas ce qu'il se passait derrière et je suis vraiment désolé d'avoir attaqué."

Il n'aura plus qu'à aller s'expliquer avec les Sky et les BMC qui n'ont pas du tout apprécié son offensive. John Lelangue, directeur sportif de Cadel Evans, disait après la course ne pas vouloir commenter l'attitude du Français. Il est bien l'un des seuls à ne pas avoir réagi à chaud et c'est tant mieux, les Europcar auront ainsi l'occasion d'aller s'expliquer avec leurs adversaires pour éteindre ce début d'incendie. On se contentera donc de retenir la belle image de tous les coureurs BMC remerciant la voiture Sky et Bradley Wiggins lors de leur retour dans le peloton.


© La Dernière Heure 2012