Tour de France

Le natif de l'Ile de Man a remporté sans difficulté la deuxième étape du Tour de France, devançant au sprint Farrar et Feillu. Boonen a été bloqué par une chute dans le dernier kilomètre. Cancellara reste maillot jaune

En librairie, ne manquez pas notre guide de 64 pages sur le Tour de France!


Revivez la deuxième étape !


Classement de l'étape et du général


Fabian Cancellara, ce prince

La 1ère étape en images

Revivez le direct!

Notre module Tour de France


Le Tour à Blog


BRIGNOLES La course était partie tranquillement malgré la chaleur caniculaire... L'échappée du jour s'est dessinée relativement tôt puisque Jussi Veikkanen, Stéphane Augé, Cyril Dessel et Stef Clement (qui a été élu le plus combatif de l'étape) ont rapidement pris les devants.

La Saxo Bank a toujours contrôlé la situation, protégeant le maillot jaune de Fabian Cancellara. Dans la dernière heure de course, l'équipe Columbia s'est chargée d'une grande partie du travail afin de reprendre tout le monde et de placer Mark Cavendish dans les meilleures conditions. Le regroupement général s'est finalement opéré à cinq kilomètres de l'arrivée...

Une chute dans le dernier kilomètre allait perturber le sprint, privant ainsi Boonen et Van Avermaet de toute chance de victoire. C'est Koldo Fernandez (le sprinter de l'équipe Euskaltel) qui se retrouvait au sol, bloquant également Daniele Bennati.

Mais Cavendish était tout simplement trop fort. Ni Boonen, ni personne d'autre n'aurait pu l'empêcher de gagner, à moins d'un exploit. Le moins qu'on puisse dire, c'est que la machine est bien huilée... Toute son équipe a parfaitement maitrisé les débats. Règler Tyler Farrar au sprint fut alors un jeu d'enfant pour le Britannique, qui offre à son Ile de Man natale un beau cadeau pour sa fête nationale ! Romain Feillu prend la troisième place, devant Hushovd et le surprenant Arashiro (cycliste japonais de BBOX Bouygues Telecom).

Fabian Cancellara conserve son maillot jaune, tandis que Cavendish s'empare logiquement du maillot vert. Kreuziger reste quant à lui en blanc.

A noter, et c'est une première, que Jussi Veikkanen, le Finlandais de la Française Des Jeux, s'est emparé du maillot à pois.

Cavendish : "C'est super d'être en vert"

Mark Cavendish (Gbr/Columbia, vainqueur de l'étape et maillot vert) : "C'est super d'être en vert, c'est le rêve de tous les sprinteurs, mais ça arrive comme la cerise sur le gâteau. Aujourd'hui, toute l'équipe a travaillé pour que je gagne l'étape. Chaque étape remportée sur le Tour de France est un moment énorme, et quand tout fonctionne parfaitement comme aujourd'hui, ça rend la victoire encore plus douce".

Fabian Cancellara (Sui/Saxobank, maillot jaune) : "La course est partie très très vite, certains coureurs étaient déjà à bloc sur le premier col. J'ai souffert de la chaleur, et tout le peloton aussi, mais je suis un coureur lourd, un peu plus que d'autres, et c'est vraiment dur de récupérer de la chaleur, même en buvant et en s'arrosant".

"Maintenant j'ai besoin de récupérer, avec un bon massage et une bonne récupération. La chute avant l'arrivée ? Ca peut arriver dans toutes les courses, mais je pense qu'avec la chaleur, quelques coureurs ont pu perdre de la lucidité".

Derniers échos de la Grande Boucle

- Clavicule cassée et pneumothorax pour Van de Walle : Jurgen Van de Walle (Quick Step) s'est occasionné une fracture de la clavicule gauche lors d'une chute survenue à 140 kilomètres de la ligne d'arrivée de la deuxième étape du Tour de France, dimanche.

Après des examens médicaux complémentaires effectués à l'hôpital de Marseille, un pneumothorax a également été diagnostiqué chez le coureur de Flandre Occidentale. Son Tour de France s'est donc terminé dès la 2ème des 21 étapes de l'épreuve.

- Tactique : la qualification de Boonen au dernier moment pour le Tour aura probablement des conséquences sur le moral et la forme du champion belge, chargé d'habitude de remporter les sprints pour Quick Step. "Vu les circonstances, ça va permettre à l'équipe de courir d'une façon différente, plus offensive. Avec Devolder, Pineau ou Chavanel, on a des gars qui peuvent aller dans les échappées, ils auront carte blanche", assure le patron de l'équipe Patrick Lefevere.

- Inaugural : le tout premier attaquant du Tour de France 2009 fut un Français, Samuel Dumoulin (Cofidis), qui n'a pas attendu deux kilomètres pour tenter une échappée dans la montée de la Turbie, à la sortie de Monaco. Il a été rapidement repris par le peloton.

- Malheureux : le Bélarus de la Française des Jeux Yauheni Hutarovich, a commencé son Tour de France de la pire des façons. Dernier du contre-la-montre inaugural samedi à Monaco, il a chuté à moins de 20 km de l'arrivée de la deuxième étape, entre Monaco et Brignoles. Dans le plan de l'équipe, Hutarovich est censé disputer les sprints pour les victoires d'étapes.

- Mauvaise humeur : Carlos Sastre était de mauvaise humeur au départ de la deuxième étape dimanche. Motif: on lui avait interdit la veille de prendre le départ du prologue en maillot jaune, malgré sa victoire de 2008. La tradition du Tour, qui permettait autrefois au vainqueur sortant de partir en jaune, a été modifiée, mais Sastre ne le savait pas.

- Prolongé : le Néerlandais Laurens ten Dam a resigné pour deux ans chez Rabobank, a annoncé dimanche la formation néerlandaise.



© La Dernière Heure 2009