Tour de France

Après avoir analysé le comportement de ses coureurs le week-end dernier, sur le Championnat de Belgique mais aussi sur l’épreuve Paris-Chauny, en France, la direction sportive de la formation Wanty-Groupe Gobert a tranché et a attribué ses trois dernières places pour le Tour de France.

Aux cinq noms qui étaient déjà connus (Guillaume Martin, Thomas Degand, Marco Minnaard, Yoann Offredoet Andrea Pasqualon) s’ajoutent ceux de Timothy Dupont, Guillaume Van Keirsbulcket Dion Smith(deuxième dimanche à Paris-Chauny). Cela fait donc trois Belges dans l'effectif : Degand, Van Keirsbulck et Dupont.

"Les trois derniers coureurs sélectionnés ont fait l’objet d’une décision mûrement réfléchie", commente Jean-François Bourlart, le manager de l’équipe qui va disputer son deuxième Tour de France avec l'ambition de bien s'y montrer comme l'an passé. "En regardant les huit étapes de plaine, nous voulions aligner un sprinter. En ce sens, Timothy Dupont présente le profil idéal. Nous espérons qu’il pourra rivaliser avec les hommes les plus véloces. Puis on se souvient que l’an passé, nous avons remporté à trois reprises l’interéquipes du jour. Nous voulons à nouveau jouer ce classement, donc Dupont aura un rôle important à jouer en première semaine. Guillaume Van Keirsbulck jouera lui un rôle important dans notre dispositif autour de Guillaume Martin en première semaine. Il faudra protéger Martin jusque Roubaix, et l’expérience de Van Keirsbulck tant dans les bordures que sur les pavés est un atout. Il jouera aussi un grand rôle dans le chrono par équipes. Puis on espère le retrouver une ou deux fois en échappée, comme l’an dernier."

Jean-François Bourlart compte aussi sur Dion Smith. "Il est dans une forme ascendante, comme en atteste sa deuxième place à Paris-Chauny ce week-end. Il a déjà un Tour dans les jambes, et avait livré de belles prestations l’an dernier. Notre Néo-Zélandais est un passe-partout : il trouvera sa place en première semaine et pourra limiter les dégâts et aider Guillaume Martin en deuxième et troisième semaines. Globalement, nous voulons nous montrer durant les trois semaines, comme l’an dernier : agressifs et combatifs. L’équipe a bien préparé ce Tour et se présente dans les meilleurs dispositions, prête à saisir les opportunités qui nous seront présentées. Mais la priorité est de protéger Guillaume Martin et de l’emmener en meilleure position au pied des Alpes. Ce sera ensuite à son tour de rivaliser avec les meilleurs en haute-montagne."
L'an passé, le leader français s'était classé 3e d'une étape et 23e du classement final.