Cyclisme Très costaud à Kuurne, Loïc Vliegen veut profiter de sa forme sur les pavés de Nokere.

Paris-Nice et Tirreno-Adriatico sont terminés, mais les compétitions continuent de s’enchaîner. Avec notamment deux épreuves en Belgique cette semaine. Celle de Nokere, ce mercredi. Et celle d’Handzame, vendredi. Deux courses sur lesquelles Loïc Vliegen s’alignera. Avec l’ambition de profiter de sa bonne condition, lui qui avait fait forte impression à Kuurne-Bruxelles-Kuurne, où il s’était échappé dans le final avec Julien Vermote et Julien Duval.

"Depuis, j’ai fait les Strade Bianche, mais au service de l’équipe", évoque le coureur de BMC. "Nous avons pris la course en main très tôt. Et après avoir beaucoup bossé, quand j’ai arrêté, il n’y avait plus que cinquante coureurs. J’étais satisfait, au terme d’une épreuve épique ! Je m’en souviendrai. Après avoir fait mon premier Liège-Bastogne-Liège sous la neige (en 2016), j’ai fait mon premier Strade Bianche dans la boue…"

Ce mercredi , il va retrouver des pavés, qu’il apprécie. "Généralement, Nokere se termine au sprint, mais le parcours présente cette année plus de pavés, cela pourrait me convenir", continue le Liégeois qui sera la semaine prochaine sur le Tour de Catalogne pour préparer les classiques ardennaises. "J’essaierai d’en profiter, de faire un résultat. Je me sens plus fort. Je sens que la Vuelta, l’an passé, m’a permis de franchir un cap. Je suis donc très motivé pour les Ardennaises, qui restent mon grand objectif. Avec l’ambition d’être bien dès la première, à la Flèche brabançonne, afin d’aborder en confiance l’Amstel Gold Race."

Où il s’était classé neuvième il y a deux ans.