Cyclisme Le Limbourgeois a un peu augmenté son avance à la veille de l’arrivée.

Au lendemain de sa prise de pouvoir au Tour de Guangxi, Tim Wellens a conservé le maillot rouge de leader, à la veille de l’arrivée de la nouvelle épreuve chinoise du WorldTour. Comme les trois premières, la 5e étape s’est terminée par un sprint massif, mais après le triplé de Fernando Gaviria, le Colombien de Quick Step a dû s’avouer vaincu.

Dylan Groenewegen s’est imposé à Guilin devant Gaviria et le Danois Magnus Cort Nielsen. L’étape a surtout permis à Tim Wellens de consolider quelque peu sa position. Le Limbourgeois de Lotto-Soudal a grappillé deux secondes de bonification, lors du premier sprint intermédiaire, disputé après une trentaine de kilomètres. Avant la dernière étape, qui se disputera ce mardi autour de Guilin, Wellens est ainsi en position favorable pour enlever sa quatrième course à étapes WorldTour consécutives en autant de saisons, après ses succès à l’EnecoTour 2014 et 2015, et le Tour de Pologne 2016.

"Ce serait un petit exploit", assure Wellens qui a été attaqué par une action collective des Movistar, puis un essai de Wout Poels. "Je n’ai jamais été inquiet pour mon maillot. Notre équipe a toujours eu la situation sous contrôle. Mes jambes étaient bonnes quand Poels a attaqué. Physiquement, je n’ai pas l’impression d’être fin octobre. Je suis impressionné par le nombre de spectateurs, tout comme je suis impressionné par le nombre de bénévoles qui gardent les routes. La sécurité des coureurs est très bonne."