Cyclisme L’enchaînement Wanne-Stockeu-Haute Levée a fait place au trio Pont-Bellevaux-Ferme Libert.

"Le dogme, c’est qu’il n’y a pas de dogme."

Assénée lors de chaque présentation des parcours du Tour de France, la formule de Christian Prudhomme est pratiquement devenue une devise. Si l’organisateur de la Grande Boucle et de Liège-Bastogne-Liège n’a pas relooké sa Doyenne centenaire des pieds à la tête, ASO lui a tout de même offert un joli lifting cette année.

Introduite en 2016, juste en amont de la côte d’Ans, la rue Naniot a ainsi déjà disparu du parcours. "Et pas parce que nous avons été déçus de son impact sur le déroulement de la course puisque c’est là que le coup gagnant s’était dessiné", précise Jean-Michel Monin, le directeur de l’épreuve. "Nous ne voulions tout simplement pas dépasser le cap symbolique des 260 kilomètres au-dessus duquel nous aurions basculé cette année si nous avions inclus cette difficulté."

(...)

Découvrez la suite de cet article dans notre Edition Abonnés. Si vous n'êtes pas encore inscrit, découvrez nos offres et nos tarifs ci-dessous.