Non, on n’est pas le 1er avril !

Un édito de Philippe Lacourt Publié le - Mis à jour le

Édito

Dans son édito, Philippe Lacourt revient sur la valse des entraîneurs


BRUXELLES Et un, et deux, et trois, et quatre ! Quatre entraîneurs du top du football belge qui quittent leurs clubs la même semaine dont trois le même jour : c’est du jamais vu chez nous. Mais ces quatre départs ne dégagent évidemment pas les mêmes sentiments.

En effet, si l’adieu à Bruges de Daum s’inscrit dans la logique d’une pige bien remplie qui n’impliquait pas de suite, si celui de Jacobs à Anderlecht répond à l’attente d’une grosse frange du public mauve qui l’avait pris en grippe devant l’absence trop chronique d’un jeu spectaculaire, si celui de Riga au Standard était dans l’air du temps à cause des mauvais derniers résultats de la formation liégeoise, personne ne pouvait prévoir, par contre, que Leekens allait faire un vilain croche-pied aux Diables rouges, auxquels on croyait, naïvement, qu’il avait donné la main pour mettre le cap sur le Brésil. Georges Leekens a toujours été surprenant.

Toute sa carrière d’entraîneur est marquée par de fausses arrivées et des vrais départs, à chaque fois pour des raisons pécuniaires, même s’il va évidemment se défendre d’avoir cédé, comme de coutume, aux sirènes de l’euro. Mais cette volte-face-ci risque de lui valoir plus d’ennemis que ceux qu’il a fini par comptabiliser dans l’environnement immédiat des clubs qu’il a abandonnés en cours de route. Cette fois, en effet, il n’est pas loin de la trahison… nationale, lui dont le discours, dès qu’il a pris les commandes de l’équipe belge, fut de prôner l’unité et le rassemblement autour d’une équipe et de son grand défi mondial.

Là, il a agi exactement à l’inverse de ce qu’il n’a cessé de demander aux autres. C’est petit comme attitude, surtout pour quelqu’un qui n’est pas arrivé au bout de sa mission. À moins qu’il ait estimé, ce qui est peut-être vrai, qu’il n’avait pas la carrure pour remplir cette mission. Seule certitude, quel que soit le choix de l’Union belge pour désigner son successeur, ce dernier ne pourra pas montrer plus d’inélégance que ne vient d’en témoigner Leekens !

© La Dernière Heure 2012

Publicité clickBoxBanner