Formule 1 GP des États-UnisAustin Un week-end pour prouver que le Néo-Zélandais a mûri et vaut mieux que Kvyat.

"Ce qui m’arrive aujourd’hui est la preuve qu’il ne faut jamais renoncer à ses rêves."

L’histoire incroyable de Brendon Hartley, premier Néo-Zélandais en F1 depuis Mike Thackwell il y a 33 ans, est étrangement comparable à celle d’André Lotterer qui, lui aussi, a eu l’occasion de goûter à un GP (Belgique 2014 à 32 ans) sur le tard, alors qu’il avait renoncé depuis longtemps à la discipline.

>> Qui est le petit nouveau du paddock ? Rencontre.

[...]