Formule 1

Ferrari, l'écurie emblématique de la Formule 1, a menacé de quitter la compétition reine en monoplaces après 2020, si le nouveau propriétaire américain de la F1 Liberty Media ne modifie pas certains éléments de ses réformes annoncées mardi.

Sergio Marchionne, le N.1 de Ferrari, a ainsi rejoint Renault et Mercedes, les deux autres équipes qui ont manifesté mercredi leurs inquiétudes sur l'évolution de la F1 voulue par le nouveau propriétaire arrivé en janvier dernier.

"Liberty a quelques bonnes intentions dont l'une est la réduction des coûts pour les teams, ce qui est une bonne chose", a déclaré Marchionne jeudi lors d'une conférence téléphonique avec les analystes pour discuter des derniers résultats financiers de Ferrrai. "Mais il y a aussi quelques points sur lesquels nous ne sommes pas d'accord. L'un est l'uniformisation du bloc-moteur."

Pour la patron de Ferrari, ce choix décidé pour 2021 ne permettrait plus aux constructeurs d'avoir des marges de manoeuvre.

"Le fait que nous soyons en désaccord sur le développement stratégique va nous conduire à prendre des décisions. La Formule 1 a toujours fait partie de notre ADN, depuis notre création. Mais si on change le concept jusqu'à un stade où il n'est plus reconnaissable, nous ne voulons pas rester", a laissé entendre Marchionne qui n'exclut pas de diriger Ferrari vers un autre championnat.

Ferrari est présent en Formule 1 depuis le 1er Grand Prix en 1950. Le team compte un record de 228 victoires, 15 titres de champion du monde des conducteurs et 16 des constructeurs.

Le contrat de Ferrari avec la Formule 1 court jusqu'à la fin 2020.