Formule 1

Acquis à la cause Max Verstappen, les fans bataves ont mis le feu sur le circuit et en dehors.

La Verstappen-Mania a encore frappé les Ardennes belges de plein fouet cette année. Il y a 12 mois, les images des fans hollandais, vêtus aux couleurs oranges chères à leur pays, avaient déjà marqué la Formule 1. Pas émoussés par la saison mitigée de leur idole qui a multiplié les chats noirs depuis le début de l’année, les Bataves sont revenus plus nombreux que jamais, achetant 60% des tickets disponibles pour cette édition. Certains n’hésitent pas à déclarer que Spa-Francorchamps sert de cadre au Grand Prix des Pays-Bas et que Verstappen y dispute de facto son épreuve à domicile.

Si les organisateurs se frottent les mains de la présence massive des fans venus d’Outre-Moerdijk, elle apporte également une cure de jouvence à l’image du Grand Prix de Belgique. Les fans hollandais savent assurément mettre l’ambiance, que cela soit dans les tribunes ou dans les campings situés aux alentours du circuit. Ils se dressent, lancent des fumigènes, agitent des banderoles et, surtout, scandent à tue-tête le nom de leur idole. Mais cela ne les empêche pas de se montrer fair-play et élégants vis-à-vis des autres pilotes. Quand Max Verstappen a dû abandonner devant de nombreux fans dans la ligne droite de Kemmel, rares sont ceux qui ont quitté le circuit précipitamment, comme cela pouvait être le cas du public brésilien quand Ayrton Senna devait renoncer à Interlagos.

Et que dire des campings, transformés en véritables fêtes foraines ? Les Bataves ont amené des objets surréalistes comme des piscines, des jacuzzis ou des rodéos, sans oublier de faire la fête jusqu’à une heure très avancée de la nuit. Une ambiance survoltée qu’on n’avait plus vue ces dernières années et qui rappelle la grande époque Schumacher quand les supporters allemands rappliquaient en masse. C’est de surcroît toujours ça de pris pour les communes qui gèrent les différents campings. Money is money !

Les Hollandais sont également fanatiques jusqu’au bout des ongles et n’hésitent pas à acheter les derniers goodies aux couleurs de Mad Max. Dans le cadre du Grand Prix, Verstappen a lancé une nouvelle casquette orange tarifée à 40 euros. Un couvre-chef qui s’est vendu comme des petits pains. L’an dernier, Jos Verstappen avait fait 200.000 euros de chiffres d’affaires dans le seul merchandising. Autant dire que le commerce du pilote Red Bull ne connait pas la crise…