Formule 1

Ferrari est plus que jamais de retour: pour la première fois depuis 2008, la Scuderia verra ses deux monoplaces partir en première ligne d'un Grand Prix dimanche en Russie, sur cet Autodrome de Sotchi qui était jusque-là le jardin de Mercedes.

Dans la cité balnéaire des bords de la mer Noire, jamais une autre écurie que l'allemande n'a mené en course. La marque au cheval cabré s'apprête toutefois à mettre fin à cette impressionnante série.

L'Allemand Sebastian Vettel, "au septième ciel" après la 47e pole de sa carrière, la deuxième seulement chez Ferrari, s'élancera aux avant-postes aux côtés de son coéquipier finlandais Kimi Räikkönen.

Son chrono de 1 min 33 sec 194/1000 est qui plus est le meilleur jamais réalisé sur la piste russe, preuve - s'il en fallait encore une - que les monoplaces version 2017 sont bien plus rapides que leurs aînées.

Avec l'autre Finlandais Valtteri Bottas et le Britannique Lewis Hamilton en troisième et quatrième positions, les Flèches d'argent peuvent voir rouge. Et pas seulement au sens littéral.

Avant samedi, elles restaient sur trois pole positions et trois victoires en autant de rendez-vous russes depuis 2014 et n'avaient plus cédé la position de pointe depuis le GP de Monaco en mai 2016. Dimanche, ce sera aussi la première fois en trente-et-une courses qu'aucune des deux monoplaces allemandes ne figurera en première ligne.

Après trois séances d'essais libres dominées par Ferrari, on pouvait se demander si Mercedes ne se mettait pas délibérément en retrait, pour un coup de bluff en qualifications. La réponse est non: elle n'est pas parvenue à renverser la tendance pour s'offrir sa quatrième pole cette saison.

Belle performance pour Massa

Il va maintenant falloir s'employer pour empêcher la Scuderia de prendre le large au classement des constructeurs, dont Mercedes est triple tenante du titre. Pour rappel, avant la manche russe, Ferrari compte trois points d'avance.

Hamilton, qui a joué aux chaises musicales avec Vettel entre la première et deuxième place dans les trois premières manches (avantage deux victoires à une pour l'Allemand), accuse lui sept points de retard sur son principal rival au classement des pilotes.

A noter aussi la belle performance samedi du vétéran de Williams Felipe Massa, qui fait jeu égal avec les Red Bull. Le Brésilien prendra le départ en troisième ligne juste derrière l'Australien Daniel Ricciardo et devant le Néerlandais Max Verstappen, suivi lui de l'Allemand Nico Hülkenberg pour Renault.

Le novice français de Force India Esteban Ocon peut lui aussi sourire: il s'est hissé pour la première fois de sa carrière en Q3 et partira de la 10e place sur la grille, aux côtés de son coéquipier mexicain Sergio Pérez.

Pas d'éclaircie, en revanche, pour Romain Grosjean, en délicatesse avec sa monoplace depuis le début du week-end. Le pilote Haas a signé le 20e et dernier temps des qualifications. Il partira toutefois 19e, le Belge de McLaren-Honda Stoffel Vandoorne ayant écopé d'une pénalité rédhibitoire de quinze places.

Le coéquipier espagnol de ce dernier, Fernando Alonso, a lui rendez-vous en huitième ligne avec un objectif: passer la ligne d'arrivée pour la première fois cette saison.

Dix-septième des "qualifs", Stoffel Vandoorne partira bien dernier

Il n’y a pas eu de miracle. Pour la quatrième fois en autant de samedi de GP cette année, Stoffel Vandoorne a été éliminé dès la première phase de la qualification du GP de Russie.

Auteur du dix-septième chrono (1.37.070), à trois secondes du meilleur temps provisoire de la Mercedes de Valtteri Bottas, le Belge a concédé plus de sept dixièmes (c’est beaucoup !) à son équipier Fernando Alonso, 14ème en 1.36.353 : « La voiture est très bien, » s’est étonnement exclamé à la radio l’Espagnol éprouvant de la compassion pour son jeune équipier : « Stoffel est un super pilote, un super talent et il connaît un début de saison difficile. J’espère que la malchance va bientôt arrêter de s’acharner sur lui. »

Comme il a écopé vendredi d’une pénalité de quinze places sur la grille Stoffel s’élancera donc logiquement bon dernier ce dimanche à 14h. Pour autant que sa McLaren-Honda arrive cette fois jusqu’à la grille de départ… Les autres éliminés dès la Q1 sont Jolyon Palmer (16ème), Pascal Wehrlein (18ème), Marcus Ericsson (19ème) et Romain Grosjean (20ème).