Formule 1

Confirmé depuis un certain temps déjà en tant que titulaire de l’écurie McLaren en 2018, Stoffel Vandoorne est certainement heureux de sa situation mais pas seulement. Fernando Alonso sera toujours son partenaire l’année prochaine et le Belge apprécie son aîné qui le lui rend bien. 

À deux, on est toujours plus fort que seul et quand on tombe sur un équipier de qualité, tant sur le plan sportif que relationnel, on apprend évidemment beaucoup plus vite. Pour Vandoorne, l’Espagnol est un voisin idéal dont la réputation de célérité est connue de tous et des autres pilotes également. Quand notre compatriote le devance, on comprend alors que Vandoorne, ce n’est pas du pipeau mais du talent à l’état pur. Bien sûr, il a encore des tas de choses à apprendre mais on retient mieux les leçons lorsque le prof est doué. Et, à ce niveau, il n’y a aucun doute. Évidemment, en F1, il faut une équipe, un collègue et surtout une voiture bien motorisée. Avec Renault, cela devrait être le bonheur.

Mais avec Honda, il y a des progrès sur le plan de la compétitivité, même si le Courtraisien a signé le 13e temps des qualifs, tandis qu’Alonso se qualifiait pour la Q3. Vandoorne sera en plus pénalisé de cinq places supplémentaires sur la grille de départ du Grand Prix des États-Unis: un changement dans la composition du moteur, le 8e de la saison, est à l’origine de cette 6e pénalité de la saison pour le Belge.