GP du Barheïn : Alonso l'emporte devant Massa, Schumi 6e !

Publié le - Mis à jour le

Formule 1

Excellent weekend pour Ferrari qui réalise le doublé. Pour son grand retour à la compétition, Michael Schumacher accroche la 6e place


L'avis de notre spécialiste à l'issue de la course

Revivez le Grand Prix


Le classement du GP de Bahreïn


Classement pilotes et constructeurs


Photos: Les pilotes


SAKHIR L'Espagnol Fernando Alonso (Ferrari) a remporté le Grand Prix de Bahreïn, première des 19 manches du championnat du monde de Formule 1, dimanche sur le circuit de Sakhir.

Le double champion du monde 2005 et 2006 a signé le 22e succès de sa carrière à l'issue de son 140e GP, à l'occasion de sa première course au volant d'une Ferrari. Il a devancé son équipier le Brésilien Felipe Massa, 2e à 16.099 secondes. Le Britannique Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) a complété le podium à 23.182 secondes.

L'Allemand Sebastian Vettel (Red Bull/Renault), auteur de la pole, a dominé l'épreuve pendant 34 des 49 tours de la course. Il a alors connu des ennuis d'échappement, baissé le rythme et a dû laisser filer les Ferrari puis Hamilton. Vettel s'est classé 4e.

Michael Schumacher (Mercedes), le septuple champion du monde, qui effectuait à 41 ans sa première course après trois années de retraite, a pris la 6e place derrière son équipier et compatriote l'Allemand Nico Rosberg (Mercedes), 5e.

Les autres pilotes qui ont inscrit des points sont le Britannique Jenson Button (McLaren-Mercedes), le champion du monde en titre, 7e, l'Australien Mark Webber (Red Bull-Renault), 8e, l'Italien Vitantonio Liuzzi (Force India-Mercedes), 9e, et le Brésilien Rubens Barrichello (Williams-Cosworth), 10e.

Au classement du championnat, Alonso compte 25 points, Massa 17, Hamilton 15, Vettel 12, Rosberg 10, Schumacher 8, Button 6, Webber 4, Liuzzi 2 et Barrichello 1.

La 2e épreuve se courra le 28 mars à Melbourne à l'occasion du Grand Prix d'Australie.

Exceptionnels débuts d'Alonso, Ferrari triomphe

Fernando Alonso a réalisé le meilleur départ possible avec sa nouvelle écurie Ferrari en remportant dimanche à Bahreïn le premier Grand Prix de Formule 1 de la saison, devant son coéquipier Felipe Massa, pour un triomphe de la Scuderia.

Le double champion du monde (2005 et 2006), engagé par Ferrari aux dépens du Finlandais Kimi 'Iceman' Räikkönen pour son charisme et son coup de volant, n'a pas déçu ses très nombreux supporteurs.

Après deux années de traversée du désert chez Renault, Alonso, qui avait rêvé samedi de "savourer le champagne" dévolu au vainqueur de course et à ses deux dauphins, a été exaucé. Une belle consécration pour l'Espagnol, qui a qualifié sa victoire de "très spéciale" et de "difficile à oublier".

"Revenir au sommet du podium est toujours spécial. Mais le faire pour Ferrari, au vu de l'histoire de l'équipe et des attentes qu'a un pilote lorsqu'il roule
pour Ferrari. Il n'y a pas de meilleure manière de commencer une relation avec
la meilleure écurie du monde", a-t-il commenté.

Felipe Massa s'est montré tout aussi extatique. Son retour en F1 après son accident terrifiant au dernier GP de Hongrie, qui l'avait plongé dans le coma, se solde par une superbe deuxième place. Un bel exploit pour le Brésilien, qui avait regardé la fin de saison 2009 sur le canapé de son salon.

"C'est déjà fantastique d'être ici. Merci Dieu. Je suis là, en bonne santé, avec une bonne voiture, et capable de faire une bonne course. Et merci à tous ceux qui m'ont soutenu dans ces temps difficiles. J'ai reçu des lettres incroyables et de beaux messages qui m'ont encore plus motivé", a déclaré Massa.

Parti deuxième, le Brésilien, auteur d'un départ "pas bon" selon ses dires, a été dépassé par son coéquipier dès le premier virage. Longtemps troisième, il reconnaît avoir été "chanceux" de doubler Sebastian Vettel, le grand perdant du jour, aux deux tiers de la course.

Le pilote Red Bull peut être déçu. Auteur de la pole position, visiblement plus rapide que tous les autres pilotes de la grille, Vettel semblait s'envoler vers une victoire maîtrisée. Un problème d'échappement en a décidé autrement.

"Le mauvais oeil s'est entiché de Sebastian. Il réalisait une superbe course et se détachait à l'avant. (...) Il contrôlait confortablement la course jusqu'au 33e tour, quand il a subitement eu une perte de puissance", a expliqué le patron de Red Bull Christian Horner.

"Il était ensuite incapable de se défendre face aux Ferrari et à Hamilton. Mais il a très bien roulé pour conserver sa 4e position", a poursuivi Horner.

Car outre Alonso et Massa, Lewis Hamilton (McLaren) a profité de la défaillance de la Red Bull pour ravir une 3e place inespérée. "Ce résultat est assurément meilleur que ce à quoi nous nous attendions", a-t-il remarqué.

Le septuple champion du monde Michael Schumacher, de retour en F1 après trois
années de retraite dorée, a "pris du plaisir" dimanche, terminant 6e, derrière son coéquipier chez Mercedes Nico Rosberg. "Je peux très bien vivre avec cette 6e place", a souri 'Schumi', qui l'a qualifiée de "bonne base".

Le Top 4, constitué de Red Bull, Ferrari, McLaren et Mercedes, a donc bien confirmé son omnipotence. Renault, qui voudrait entrer dans le groupe, a montré ses qualités, bien qu'un accrochage de Robert Kubica (11e) avec Adrian Sutil (Force India) l'ait privé de points à l'arrivée.

Les nouvelles écuries ont rendu une pale copie. Les deux Hispania, les deux Virgin et la Lotus de Jarno Trulli ont dû abandonner. Seul Heikki Kovalainen (Lotus), a terminé la course, dernier.



© La Dernière Heure 2010