Formule 1 Pas question d’assurer seulement son quatrième titre avec une cinquième place.

On l’a dit et répété depuis sa 62e victoire dimanche dernier à Austin. Pour être sacré en cas de succès de Sebastian Vettel au Mexique, Lewis Hamilton peut se contenter d’une cinquième place. Mais le Britannique ne semble pas décidé du tout à rouler petits bras ce week-end sous le soleil de Mexico. Pas question de calculer ni d’assurer quoi que ce soit.

"Je ne vais pas viser la cinquième place, ce ne serait pas moi, pas mon tempérament" , dit-il. "Je suis ici pour rouler le plus vite possible et pour gagner la course. Ce serait la plus belle manière de fêter mon quatrième titre ici, dans le Stadium, face à un public très chaleureux."

Sachant qu’il aura de toute manière encore deux courses et deux chances de conclure facilement l’affaire, que son équipe Mercedes est déjà sacrée chez les constructeurs, Lewis ne ressent aucune pression et peut donc se permettre de jouer la carte du panache face à une équipe Ferrari à la dérive depuis la reprise et le dernier GP de Belgique.

"Des situations comme celle que Lewis vit actuellement sont assez rares dans une carrière", a confessé le quadruple champion du monde Alain Prost au micro de Canal Plus. "Aujourd’hui, tout lui sourit. La voiture est bonne, l’ambiance, le support de l’équipe, un équipier super avec lequel il s’entend bien, le fait qu’il est très heureux dans sa vie. Il est au top et on le voit dans son comportement. Il est dans l’état d’esprit de gagner la course et d’être champion de cette manière là."

L’an dernier, Lewis avait signé la pole et s’était imposé après avoir tiré tout droit au premier freinage, ce qui aurait dû lui valoir une pénalité.

© AFP
 

Lewis Hamilton sera sacré champion du monde ce dimanche si...

  • Il termine dans le Top 5
  • Il termine 6e, 7e, 8e ou 9e et Vettel ne gagne pas
  • Il termine 10e ou au-delà, et Vettel ne termine pas dans les deux premiers